Comment définir le symbolisme ?

 

par pacific2 |

     

Il est ardu de définir la notion de symbolisme, car par essence, le symbole ne se laisse pas définir : il évoque, il donne des pistes, il suggère, il invite à la réflexion, à l’introspection, il stimule l’intuition. Bref, il ouvre à l’infini !
Dans la pratique, le terme de « symbolisme » peut être compris de deux manières :
Soit il possède le même sens que « signification » (le symbolisme d’un rituel)
Soit il indique un ensemble de symboles (le symbolisme franc-maçonnique)

Étapes de réalisation

1.

L’étymologie du mot « symbole » prend sa source dans le terme grec « sumbolon » qui signifie « mettre ensemble ».
Le sumbolon était un objet brisé en deux dont chaque morceau était conservé par deux personnes, et dont la réunion servait de signe de reconnaissance. Un objet concret (deux morceaux d’une même partie réunis) représentait donc une chose abstraite (deux personnes distinctes réunies par un pacte, un accord).

2.

De là, le sens du mot symbole évolua pour signifier représentation, (par un objet ou une image) d’une réalité impalpable ou secrète.

3.

On peut donc voir dans le symbole la partie visible, concrète (représentation) qu’il faut relier à sa partie invisible (signification), pour en saisir tout le sens.

4.

A noter que le symbolisme désigne également un mouvement artistique de la fin du XIXème siècle, particulièrement en peinture et en littérature. Ce mouvement s’attacha à l’évocation du mystère, de l’essence spirituelle des choses et des êtres.

Commentaires

pacific2 | 15/11/2008  

Bonjour, Le symbole est en effet un véhicule, au sens imagé, mais aussi au sens concret comme dans les exemples que vous évoquez.

fa544091 | 15/11/2008  

Il existe des symboles qui réalisent ce qu'ils signifient (selon certaines modalités et certaines conditions): une poignée de mains, par exemple, symbolise la relation amicale mais c'est une notion analogique, qui réalise dans l'ordre de la relation des degrés qui vont de la simple convenance du moment à l'amitié indéfectible, comme l'on dit de Montaigne et de La Boetie. Mais il existe des symboles qui réalisant ce qu'ils signifient, atteigne l'acteur ou les acteurs ontologiquement il en est ainsi de ce que les catholiques nomment 'sacrement'. Par l'intermédiaire du ministre du culte, (comme un chargé de pouvoir qu'il tient de celui qui détient le pouvoir) une rencontre se réalise entre Dieu et la créature humaine de telle sorte que son être même se trouve changé, 'réajusté' et la relation qui était rompue rétablie. Ce genre de symbole fait ce qu'il signifie. Ainsi, par l'eucharistie, celui qui dans la foi reçoit le pain et le vin - que biologiquement son système digestif va assimiler (à lui, en lui)- opèrent l'assimilation ontologique et mystérique dans l'autre sens et le communiant s'en trouve 'christifié'. Malgré l'analogie, les symboles maçonniques n'atteignent pas ce degré ontologique.

fa544091 | 15/11/2008  

Il existe des symboles qui réalisent ce qu'ils signifient (selon certaines modalités et certaines conditions): une poignée de mains, par exemple, symbolise la relation amicale mais c'est une notion analogique, qui réalise dans l'ordre de la relation des degrés qui vont de la simple convenance du moment à l'amitié indéfectible, comme l'on dit de Montaigne et de La Boetie. Mais il existe des symboles qui réalisant ce qu'ils signifient, atteigne l'acteur ou les acteurs ontologiquement il en est ainsi de ce que les catholiques nomment 'sacrement'. Par l'intermédiaire du ministre du culte, (comme un chargé de pouvoir qu'il tient de celui qui détient le pouvoir) une rencontre se réalise entre Dieu et la créature humaine de telle sorte que son être même se trouve changé, 'réajusté' et la relation qui était rompue rétablie. Ce genre de symbole fait ce qu'il signifie. Ainsi, par l'eucharistie, celui qui dans la foi reçoit le pain et le vin - que biologiquement son système digestif va assimiler (à lui, en lui)- opèrent l'assimilation ontologique et mystérique dans l'autre sens et le communiant s'en trouve 'christifié'. Malgré l'analogie, les symboles maçonniques n'atteignent pas ce degré ontologique.

Sur le même thème

steinberg

Comment fait-on pour savoir quand employer la virgule en français ? (Syntaxe)

La virgule se place partout, on l'utilise à tout va, mais on ne sait jamais vraiment pourquoi ici et pas là... Voici tous les secrets autour de la virgule !

steinberg

Comment fait-on pour savoir s'il faut utiliser -a ou -à en français ? (Orthographe)

Qu'il s'agisse du verbe avoir, de l'auxiliaire ou encore de locutions latines, l'emploi de -a en français est très fréquent, et il n'est pas rare de voir des fautes un peu partout. Voici les règles et les astuces qui vous permettront de ne plus jamais

steinberg

Comment fait-on pour savoir s'il faut écrire -ce ou -se en français ? (Orthographe)

Les règles de base pour ne plus jamais confondre en français, l'utilisation de -ce et celle du pronom réfléchi -se.

Chercher un article sur Comment fait-on

Derniers articles Littérature