Comment maîtriser la théorie des couleurs ?

 

par xtiane |

     

Si à force d'essais, de mélanges, l'artiste peintre laisse son empreinte personnelle en découvrant de nouvelles tonalités, il est important de connaître les principes fondamentaux de la couleur en peinture. C'est à partir de trois couleurs seulement que l'on peut obtenir une kyrielle de teintes et en théorie, une palette constituée de ces trois couleurs plus du blanc et, éventuellement, le noir suffit à obtenir toutes les autres. Voici comment cela fonctionne.

Étapes de réalisation

1.

Ces trois couleurs, que l'on appelle les couleurs primaires sont : le jaune primaire, le rouge magenta et le bleu cyan ; ce sont les couleurs de base : il est impossible de les obtenir par un quelconque mélange. Pour les éclaircir, on ajoutera du blanc et pour les assombrir, du noir.

2.

En mélangeant ces trois couleurs entre elles et en même quantité, soit 50/50, on obtient les couleurs dites secondaires : le magenta + le jaune donne l'orange ; le magenta + le bleu donne le violet et le jaune primaire + le cyan donne le vert.

3.

Le mélange des trois couleurs primaires (magenta+cyan+jaune) aboutit au noir. Pour peindre la nature, par ex. le mélange de ces couleurs suffit à créer le noir, car il n'y a pas de "noir absolu" dans la nature, seulement des teintes très sombres que l'oeil peut percevoir comme du noir.

4.

Selon que l'on augmente la proportion d'une des deux couleurs, on obtient une couleur voisine de la couleur prédominante ; en associant couleurs primaires et couleurs secondaires, on obtient les couleurs tertiaires : le bleu vert, le rouge violacé, le jaune orangé, etc.

5.

Pour un effet plus naturel ou pour éteindre une couleur secondaire, il faut lui ajouter sa couleur complémentaire, celle qui n'entre pas dans sa composition : pour le rouge, c'est le vert, pour le jaune, c'est le violet, pour le bleu, c'est l'orange. Sur le cercle chromatique qui symbolise ce principe, elles se font face.

6.

Les couleurs complémentaires par leur contraste net se mettent en valeur : elles s'illuminent l'une et l'autre.

7.

On parle aussi de couleurs chaudes (les rouges) et de couleurs froides (les bleus) mais suivant la tonalité, une même couleur peut être l'un ou l'autre, par ex. un rouge orangé sera chaud tandis qu'un rouge violacé sera froid.

8.

Les couleurs dites "analogues" sont celles qui se touchent sur un cercle chromatique détaillé créant d'une certaine façon une sorte de parenté ; ainsi le vert et le bleu...

9.

Une palette de base peut être constituée de ces six couleurs (magenta, cyan, jaune primaire, orange, violet, vert) auxquelles on peut ajouter des terres (sienne naturelle, sienne brûlée, terre d'ombre brûlée) un gris de Payne et du blanc.

Astuces et mises en garde

Astuce(s) :

Bien qu'il n'y ait pas de règle en la matière, lorsque vous débutez, posez sur la palette les couleurs analogues et séparer le blanc pour qu'il reste pur.

Commentaires

Soyez le premier à commenter ! 

Sur le même thème

liliplume

Comment analyser un tableau ?

Un tableau se regarde mais se comprend également. Pour les étudiants en Histoire de l'Art ou les passionnés d'art, l'analyse d'un tableau permet de comprendre, l'œuvre, mais aussi le peintre et son époque. Voici donc un système pour analyser au mieu

Somb'

Comment écrire un manga ?

Écrire un manga est un peu différent d'écrire une bande dessinée car leurs spécificités ne sont pas tout à fait les mêmes. Ici, je ne vais pas tant parler des caractéristiques graphiques des mangas mais plutôt de celles du scénario.

Somb'

Comment faire une B.D ?

Une planche de bande dessinée se compose de plusieurs cases. Celles-ci doivent être traitées comme un tout et non pas individuellement. En effet, l'œil les verra d'abord ensemble avant de s'intéresser à chacune séparément. Il est donc important d

Chercher un article sur Comment fait-on