Comment comprendre l’origine de notre calendrier ?

 

par pacific2 |

     

Les calendriers sont basés sur les cycles de rotation de la Terre autour du Soleil, les cycles lunaires, l’alternance des jours et des nuits et la succession des saisons. Tout le problème a généralement consisté à faire coïncider des mois lunaires avec une année solaire, en évitant les décalages !
Notre calendrier actuel est issu en droite ligne de calendriers en usage dans le monde antique. Il a subi de nombreuses corrections et remises au point avant de parvenir jusqu’à nous dans sa forme actuelle.
Voici comment comprendre son histoire :

Étapes de réalisation

1.

Notre calendrier est issu du calendrier romain, lui-même probablement inspiré du calendrier lunaire grec et du calendrier étrusque. Attribué à Romulus, fondateur de Rome vers 753 av. J.-C., le calendrier romain comportait une année de dix mois débutant à l’équinoxe de printemps, en mars, mois dédié au dieu de la guerre. Suivent Aprilis (en l’honneur d’Aphrodite), Maius (en l’honneur de Maïa) , Junius (en l’honneur de Junon), puis Quintilis, Sextilis, September, October, November et December (5e, 6e, 7e, 8e, 9e et 10e mois), auxquels s’ajoutaient de nombreux jours complémentaires.

2.

Ces jours complémentaires étant trop nombreux et difficiles à gérer, le successeur de Romulus, Numa Pompilius ajouta deux mois à l’année, janvier et février, dédiés respectivement aux dieux Janus et Februa. Ces deux mois furent ajoutés à la fin de l’année, février avant janvier dans un premier temps. Ces deux mois furent inversés plus tard, en 450 av. J.-C.

3.

En 46 avant notre ère, Jules César lui-même fit réformer le calendrier romain, qui devint le calendrier julien, afin d’assurer une meilleure concordance entre des mois basés sur la Lune et une année basée sur le Soleil. C’est de lui que viennent nos 7 mois de 31 jours, 4 mois de 30 jours et 1 mois de 28 jours.

4.

A quoi devons-nous ce déséquilibre ? Aux susceptibilités impériales !
Des courtisans suggérèrent en effet de dédier Quintilis, le 5ème mois de l’année, à Jules César en le rebaptisant Julius. Regardant vers l’avenir, d’autres courtisans suggérèrent de faire de même pour le neveu et successeur de César, le futur empereur Auguste, en lui attribuant Sextilis, qui devint Augustus.
Mais comme Julius, selon la réforme, avait 31 jours, il ne parut pas supportable qu’Augustus n’en ait que 30. Aussi lui en attribua-t-on également 31, et ce fut février, triste mois des morts que l’on pouvait raccourcir sans regret, qui fit les frais de l’opération en ne conservant que 28 jours.

5.

Afin de résoudre le problème posé par la rotation de la Terre autour du Soleil en 365 jours et un quart, on décida d’ajouter un jour tous les 4 ans (nos fameuses années bissextiles), qui fut attribué naturellement à février.
Ce fut également Jules César qui fit débuter l’année au 1er janvier.

6.

Ensuite, en 1582, les astronomes s’aperçurent qu’une erreur d’évaluation de l’année solaire avait été commise par le calendrier julien. Le décalage étant de 10 jours, le Pape Grégoire XIII décida que l’on passerait directement du 4 octobre au 15 octobre 1582. Afin d’éviter que ce décalage ne se produise de nouveau, il fut décidé que les années séculaires (se terminant par 00) ne seraient plus bissextiles, sauf si le nombre de siècles est divisible par 4 (comme en 2000).

7.

Ainsi naquit le calendrier grégorien, toujours en usage chez nous aujourd’hui.

Commentaires

christobal | 02/04/2011  

non

christobal | 02/04/2011  

non

christobal | 02/04/2011  

non

christobal | 02/04/2011  

non

Chercher un article sur Comment fait-on

Derniers articles Culture générale