Comment l'industrie du disque peut-elle sortir de la crise?

 

par jerome8 |

     
Comment l'industrie du disque peut-elle sortir de la crise?

Chaque année, les ventes de disque déclinent régulièrement à tel point que le disque d'or est désormais attribué, non plus à 100 000 mais à 75 000 exemplaires. Le téléchargement illégal, coupable désigné de l'érosion de l'industrie du disque n'est pourtant que l'arbre qui cache la forêt. Les principaux acteurs de ce marché n'ont en effet pas su ou voulu repenser le modèle économique de la musique par rapport aux évolutions technologiques et sociales. Comment envisager l'avenir du marché de la musique? Est-il possible de sortir de cette crise? Quelques éléments de réponse...

Quelles sont les fournitures nécessaires ?

  • Du bon sens
  • De la volonté politique

Étapes de réalisation

1.

D'abord un constat, les acteurs de l'industrie du disque n'ont absolument pas anticipé les besoins du marché, des consommateurs. La musique ne s'écoute en effet plus de la même façon que par le passé. Nombreux sont ceux qui "piochent" des pistes (notamment chez le plus jeunes) dans les albums. Les consommateurs de musique écoutent aujourd'hui rarement un album entier. Ils souhaitent écouter uniquement ce qui les intéresse. La musique ne s'écoute plus uniquement chez soi, mais partout grâce aux lecteurs mp3 et autres Smartphones. Il y a donc un réel besoin de réactivité et de liberté de choix car la musique est devenue "consommable".

2.

Cette liberté de choix doit donc également s'accompagner d'une certaine diversité. En effet, les artistes qu'on retrouve actuellement dans les bacs sont souvent les mêmes et on ne constate pas de réelle innovation. Le public a besoin d'écouter des sonorités différentes, des artistes qu'on ne trouve pas forcément dans les rayons à la Fnac ou chez Virgin. Ce besoin explique en partie le phénomène du téléchargement. Les acteurs de la musique devraient donc davantage croire en des projets plus risqués. Certains exemples récents d'artistes ayant fait leur renommée grâce à Internet comme Kamini par exemple le prouvent et montrent que les maisons de disque notamment risquent de passer à côté du monde musical de demain.

3.

La complainte de certains artistes déjà multi millionaires qui supplient les plus jeunes de ne pas télécharger est tout bonnement ridicule et produit surtout l'effet inverse. Ce sont en effet les artistes qui vendent chaque année des disques par dizaines voire centaines de milliers qui culpabilisent en effet les "downloadeurs" alors que ceux qui vendent peu eux ne s'en plaignent jamais et sont pour le coup tournés vers l'avenir en cherchant des solutions alternatives, en utilisant au maximum l'outil internet. Il y a donc d'un côté ceux qui veulent faire bouger les choses, majoritaires en nombre mais minoritaires en renommée et ceux qui veulent que le système actuel qui leur a tant réussi perdure le plus longtemps possible à l'inverse minoritaire en nombre mais jouissant d'une renommée sans limite.

4.

C'est bien de cela qu'il s'agit : la redéfinition totale du modèle économique du marché de la musique. Plusieurs constats. La musique sur support à un avenir plus que limité. Nous sommes en effet à l'ère du numérique et il paraît totalement inconcevable de continuer à proposer des offres sur des supports désormais inadaptés. Les consommateurs ne peuvent par exemple télécharger de la musique légalement que depuis 5 ans alors que le téléchargement illégal existe depuis une dizaine d'années. Cela soulève un autre problème. L'habitude prise par les mélomanes d'obtenir la musique gratuitement. Il paraît de ce fait aujourd'hui bien difficile de faire payer la musique dans sa nature intrinsèque. Les mesures politiques répressives prises récemment qui suivent cette tendance me semblent pour le coup aller à contre-courant de ce qu'il faudrait faire.

5.

Puisque la musique tout comme l'information semble destinée à terme à ne plus pouvoir être vendue pourquoi ne pas anticiper dès à présent les solutions plutôt que de laisser une fois de plus les internautes aller vers des solutions alternatives illégales et destructrices pour l'industrie. Si le téléchargement illégal est si répandu c'est également parce que consommateurs de musique ne trouvent pas d'offres à même de répondre à leurs nouveaux besoins. Il s'agirait donc de proposer la musique gratuitement en réfléchissant à d'autres modes de financement. Le premier pourrait être la vente de produits dérivés (les places de concert pourraient du même coup être vendues plus cher) avec notamment le système de packages comme étape intermédiaire (achat d'un album avec une réduction importante pour la place de concert ou offre d'un produit dérivé pour l'achat d'un album). L'internaute ne voit en effet aucun intérêt à acheter un album qu'il peut avoir gratuitement sur la toile hormis l'attachement qu'il peut porter à un artiste. En revanche, il n'a pas véritablement d'alternative pour obtenir un produit dérivé. La combinaison des 2 pourrait donc résoudre une partie du problème.

6.

L'autre moyen de financement pourrait être un moyen universel dont on aura toujours besoin à savoir la publicité. Pourquoi ne pas proposer aux internautes de télécharger légalement les albums avec des bannières publicitaires qui apparaîtrait à ce moment offrant une visibilité assurée aux annonceurs? Cette solution ne serait aucunement une contrainte pour les internautes puisqu'elle leur éviterait d'avoir recours aux logiciels peer to peer souvent générateur de virus et où la qualité n'est pas toujours aux rendez-vous. Voilà quelques pistes qui me semblent à creuser pour les acteurs de cette industrie mais également pour la classe politique. A bon entendeur...

Astuces et mises en garde

Mise(s) en garde :

Bien sûr, certains puristes restent très attachés au format CD, au boîtier, à la pochette et au livret qui va avec. Doit-on pour autant priver les autres, qui restent la très grande majorité, d'alternatives plus en adéquation avec leurs aspirations et leurs besoins???

Commentaires

sandracp | 03/05/2010  

Adepte du support CD, j'ai eu beaucoup de mal à me mettre au téléchargement (légal)..mais je me suis aperçu que la qualité de son était meilleure et que cela ne risquait pas de se rayer!!! Un artiste que je suit depuis 3 ans, anciennement chez Sony, a trouvé une solution, un nouveau moyen d'échange avec son public : le CP Club En s'abonnant au CP club sur http://www.cyrilpaulus.com , on peut non seulement télécharger le nouvel album "Une histoire ordinaire" en haute qualité (24 bits) mais aussi y découvrir des fonctionnalités inédites : * - La CP TV en Live ou en Replay qui diffuse des programmes quotidiens : clips, reportages, making of… et des émissions spéciales : Le Live (Cyril Paulus & les 3 en live sessions) et Questions Club (Cyril répond aux questions des abonnés) * - La messagerie vidéo intégrée * - La discographie complète en écoute illimitée c'est une nouvelle expérience que Cyril propose à son public. pour en découvrir plus, rendez-vous sur www.cyrilpaulus.com

steak.for.chicken1 | 19/08/2009  

Je pense que si l'industrie du disque veut vraiment sortir de la crise, il faut commencer par baisser le prix des CD, et des DVD pour l'industrie culturelle en générale. Quand on est jeune, étudiant, que l'on doit payer un loyer, sa nourriture, son essence et qu'on a pas de bourses, les loisirs n'ont pas de place au niveau du budget. A 20€ un CD ou un DVD, j'appelle ça se foutre de la gueule du monde. Idem, pour les places de concerts : il est très difficile de trouver une place à moins de 20€ même quand il s'agit d'un groupe peu connu et d'un concert en province. Les maisons de disque ont pris les gens pour des vaches à lait et ne veulent pas revoir leur politique de prix. Le téléchargement illégal a un grand avenir devant lui encore.

peaches_and_cream | 15/07/2009  

Un problème: lorsqu'on clique sur une bannière on peut aussi chopper des virus =) Et puis comment ferait les personnes qui n'ont pas internet ou qui ne sont pas à la pointe de la technologie? Pourquoi pas installer un système de demande gratuite afin de produire les CD uniquement pour ceux qui le voudrait? Pas de surplus de stock, des économies, plus d'argent pour les personnes qui doivent en bénéficier, moins de risques... Mais un bémol, peut-être plus de chômage! Et puis ceci ne sauve pas l'industrie du disque mais l'industrie du vrai CD De toute façon, plus la société avance, plus l'industrie du disque s'enfonce.

alain.térieur | 03/03/2009  

Très bon article

stant | 03/03/2009  

je pense que ca ne peut être que bénéfique au monde de la musique. Les bouses sur-commerciales vont disparaitres car trop couteuses a produire, remplacées par des artistes auto-produits (ou pas), dont les compositions sont bien plus enrichissantes et authentiques.
Lire la suite des commentaires sur le forum

Sur le même thème

Emilian Tahindro

Comment bien entretenir sa guitare ?

Une guitare est un instrument très fragile, et qui peut facilement s'endommager à cause de la poussière, de l'humidité et surtout du soleil. De ce fait, il faut l'entretenir régulièrement. Voici comment procéder.

guillaume7

Comment changer les cordes sur une guitare classique ?

Voici les principales étapes pour changer les cordes d'une guitare classique.

oodoo1

Comment fabriquer un capodastre en urgence ?

Si vous débutez à la guitare et que vous avez encore du mal à transposer, le capodastre sera votre ami. Vous allez à une soirée et vous souhaitez accompagner quelqu'un au chant par exemple, et là vous vous rendez compte qu'il (ou elle) ne peut pas c

Chercher un article sur Comment fait-on