Comment comprendre l'histoire de Boston ?

 

par isleworth |

     
Comment comprendre l'histoire de Boston ?

Boston est l'une des plus anciennes villes des États-Unis. Située dans l'état du Massachusetts, elle a une architecture similaire à Londres : la ville n'est pas quadrillée comme New York et les bâtiments sont faits de briques rouges. Boston est aussi une ville au riche passé historique et un centre culturel. Elle abrite deux des plus grandes universités américaines : Harvard et le MIT. Voici l'histoire de la ville de Boston.

Étapes de réalisation

1.

Avant la colonisation, Boston était habitée par les Amérindiens algonquins. La ville fut fondée en 1630 par les habitants de Boston dans le Lincolnshire en Angleterre. Aux XVIIe et XVIIIe siècle, Boston se développe grâce à son port et les relations commerciales maritimes avec la Grande-Bretagne et les Antilles. Boston devient le chef-lieu de la colonie de la baie du Massachusetts. Harvard, université de renom, sera ouverte en 1636 faisant de Boston la capitale culturelle de la Nouvelle-Angleterre.

2.

Vers 1750, Boston est la 3e ville des États-Unis avec 15 000 habitants. L’activité industrielle y est florissante grâce à la construction navale, la métallurgie, le textile, la pêche et la distillerie. La majorité des activités portuaires restent sous le contrôle de l'Angleterre.

3.

Boston joue un rôle majeur avant et pendant la Révolution américaine contre la Grande-Bretagne. Lorsque Londres impose une série de taxes et renforce sa présence militaire dans la deuxième moitié du XVIIIe siècle, les Bostoniens entrent en rébellion et réclament une représentation politique des colonies au Parlement britannique.

4.

En 1770, le massacre de Boston accentue les tensions entre l'Angleterre et les colonies. En 1773, ces derniers s’emparent de la cargaison de thé d’un navire britannique et la jettent par dessus bord : cet épisode, appelé la partie de thé de Boston (Boston Tea Party), est l’un des événements les plus célèbres de la Révolution américaine. L’année suivante, le gouvernement britannique fait bloquer le port et envoie des soldats.

5.

La guerre d’indépendance commencera 2 ans plus tard, en 1775, avec la bataille de Lexington et Concord. En 1776, George Washington conquiert Boston, tenue jusqu’ici par les troupes du général britannique William Howe. La guerre se termine en 1783 par le traité de Versailles et la création des États-Unis d’Amérique. Le Massachusetts devient un État fédéré de l’Union en 1788 et son gouverneur siège à Boston.

6.

Après la Guerre d’indépendance, la ville continue à se développer, tout comme son port. Le commerce international y est important, on exporte du rhum, du poisson, du sel et du tabac. Une charte lui octroie son autonomie municipale en 1822, et au cours des années 1850 Boston devient l’un des plus grands centres manufacturiers des États-Unis. La Guerre de Sécession stimule la production industrielle destinée au ravitaillement des troupes.

7.

La ville reste longtemps dominée par de riches familles dont plusieurs sont toujours présentes à Boston. Leur généalogie remonte aux premiers colons et certaines sont surnommées les « brahmanes de Boston », en allusion au système de castes indien. À partir des années 1840, de nombreux immigrants Européens arrivent à Boston, en particulier des Irlandais, qui fuient la Grande Famine.

8.

Malgré la concurrence de New York, Boston reste un foyer intellectuel et culturel de premier ordre. La ville accueille de nombreux écrivains américains tels que Ralph Waldo Emerson, Nathaniel Hawthorne ou Henry James.

Chercher un article sur Comment fait-on

Derniers articles Culture générale