Comment nourrir un malade qui doit garder le lit ?

 

par evegill |

     
Comment nourrir un malade qui doit garder le lit ?

Une maladie obligeant le sujet à s’aliter pendant une durée plus ou moins longue entraîne des contraintes au niveau des habitudes de vie, et notamment de l’alimentation. Si celle-ci requiert une variété dans les mets présentés afin d’assurer un apport suffisant en vitamines - et sera peut-être adaptée aux besoins spécifiques du malade - les conditions matérielles dans lesquelles sont pris les repas peuvent parfois poser problème. Quelques conseils.

Étapes de réalisation

1.

Si le malade a de l’appétit, les repas seront pris de préférence à des horaires réguliers ; les grignotages (penser aux douceurs apportées par les visiteurs !) devront être évités. S’il n’a pas faim, on lui servira à manger dès que son appétit se manifestera ou on lui présentera des mets légers et faciles à avaler (soupe, jus).

2.

Le plateau n’étant pas très pratique dans un lit, l’acquisition d’une petite table mobile s’avèrera très utile en permettant une liberté des mouvements et en prévenant les risques d'accidents indésirables (verre ou assiette renversés sur les couvertures).

3.

Afin de motiver le malade à s’alimenter, une jolie présentation est toujours appréciée : vaisselle colorée, fleur dans un vase, jolie serviette…

4.

Le sujet doit adopter une bonne position dans son lit en s’asseyant pour avoir le dos droit ; quelques coussins placés derrière lui pourront l’aider à se caler et à être plus à l’aise. Si le lit est électrique, il suffira d'en relever doucement la partie supérieure.

5.

Quelques règles d’hygiène sont de mise : vaisselle toujours parfaitement propre, lavage des mains avant et après la prise d'aliments, grande serviette ou nappe sur le lit que l’on repliera soigneusement après le repas pour éviter les miettes qui se glissent dans les draps.

6.

Si le malade ne peut pas se nourrir seul, les bouchées lui seront données lentement afin de lui laisser le temps de bien mâcher. La personne qui veille sur lui devra donc faire preuve de patience et de douceur, et se libérer du temps pour être suffisamment présente.

7.

Une petite sieste après les repas, notamment le déjeuner, est toujours bénéfique pour faciliter la digestion ; si le malade n’a pas sommeil, il ne sera pas dérangé pendant une petite heure.

Sur le même thème

la maman inspiree

Comment immobiliser un membre fracturé ?

Saviez-vous qu’à la suite d’un coup, d’une chute ou d’un accident, il est possible de souffrir d’une fracture ? En cas de suspicion de fracture ou de fracture avérée, il est essentiel d’immobiliser le membre fracturé, pour limiter la doul

Chercher un article sur Comment fait-on

Derniers articles Chirurgie