L'auteur

Josephine4 Josephine4

"Le monde s'est laissé régler, les foules sont apprivoisées L'économie est leur Bible, consommation est leur ange Et on prie l'esprit billet pour qu'il nous laisse épargner On croit qu'on décroche la lune avec nos ailes de mésange"

Autres articles du même auteur :

Voir tous ses articles

S'abonner au flux RSS

Comment définir le raisonnement philosophique ?

 

par Josephine4 |

     

La philosophie se pratique avant de se théoriser ; la philosophie se vit. On peut cependant trouver un dénominateur commun à l’attitude socratique et à votre dissertation de philosophie : le raisonnement philosophique. Quel est-il ?

Étapes de réalisation

1.

Si elle ne dit pas quoi penser, la philosophie n’en est pas moins méthodique. Il n’y a pas une méthode sacro-sainte pour pratiquer la philo ou rédiger vos devoirs, mais il existe de grandes lignes directrices qui définissent le raisonnement philosophique.

2.

Ainsi, quel est le fondement de toute démarche philosophique ? La question ! Kant résumait ainsi le questionnement philosophique : « Que puis-je savoir ? Que dois-je faire ? Que m’est-il permis d’espérer ? ».

3.

Philosopher suppose donc de répondre à des questions. Dans nos réponses argumentées, il est capital de toujours envisager à la fois une chose et son contraire, pour être le plus objectif possible.

4.

Une fois cette analyse faite, le raisonnement philosophique veut qu’on apporte une réponse claire à la question initialement posée. C’est la « synthèse » ou « conclusion » de vos dissertations de philo. Pour avancer dans la pensée et dans la vie, il semble important de ne pas s’arrêter à l’étape précédente qui consiste à envisager une réponse et son contraire. Prendre position, c’est agir. Et bien sûr, l’action amènera de nouvelles remises en question, et donc, de nouveaux raisonnements philosophiques !

Commentaires

tirebouchon | 01/01/2012  

Le raisonnement suppose qu'il y a un objet.... Il faut le trouver, cet objet : c'est le problème, la situation réelle qui nous intrigue et sur laquelle on aimerait bien avoir une réponse. Ainsi la question : que puis-je espérer ? se pose parce les valeurs sont incertaines : si j'aime, qu'est-ce qui me dit que je vais être aimer en retour par exemple. C'est pour cela qu'autour du problème peuvent graviter des points de vue opposés : il n'y a rien à espérer et il y a des raisons d'espérer. Donc ce qu'apporte la philosophie n'est pas vraiment le choix de la réponse a adopter qu'un travail sur nous-même pour nous faire apparaître le problème qui est derrière chaque question. Ensuite une fois que nous sommes clairs sur le problème, on peut facilement garder pour soi-même les pistes les plus solides que les points de vue différents nous ont fait connaître. Donc la philosophie, c'est moins se poser des questions que comprendre le problème qui les sous tend, et parfois savoir que c'est un faux problème.

Chercher un article sur Comment fait-on

Derniers articles Culture générale