Comment reconnait-on un tapis marocain ?

 

par gaspe |

     
Comment reconnait-on un tapis marocain ?

Le tapis est le mobilier le plus important pour tout intérieur marocain.Chez les Berbères il peut même être utilisé comme contrat de mariage. Les tapis marocains sont de trois types traditionnels : le tapis royal, les tapis berbères puis les tentures, dits kilims ou hanbels.

Étapes de réalisation

1.

Comment reconnait-on un tapis marocain ?

La maîtrise de l’art de tisser les tapis se transmet de mère en fille, ce qui constitue une tradition d’apprentissage dans les milieux ruraux. Le langage visuel traditionnel commun de la collectivité ainsi que les techniques permettant de nouer avec doigté les fils d’un tissage est aussi appris sur le tas, en confrontation avec la réalité.

Un bon tapis marocain peut compter jusqu’à 480 000 nœuds au mètre carré et peut demander jusqu’à neuf mois de travail, par exemple un tapis Taznakht, modèle berbère à point noué et aux couleurs naturelles telles que le safran, le henné, la menthe et autres.

2.

Comment reconnait-on un tapis marocain ?

Tapis royal genre Rabat : représente la dernière création en matière de tissage de tapis marocain, 100% laine : chaîne, trame et noeuds, un superbe contraste de couleurs, centré par un bleu roi, médaillon "étoile de Salomon" au centre, arcades sur les bordures inférieures et supérieures, le médaillon lui-même centré par le dessin "limouna" ou l'orange, minimum de 160.000 n/m², le meilleur pour un salon, salle à manger...

Synonyme de finesse et de richesse, le tapis de Rabat est l'expression d'un art rarement égalé qui en a fait une référence mondiale, parmi les tapis de laine. Les plus anciens ont valeur de pièces de collection.

Il y a environ six mille métiers à tisser en activité dans la région, dans les coopératives artisanales, ou chez les particuliers. Le tapis de Rabat est fait par les femmes, au point noué, sur des métiers de haute lisse. Pour un grand tapis, deux ou trois ouvrières peuvent travailler un même métier. Elles ont devant elles un modèle sur papier quadrillé. Parfois, elles connaissent les motifs par cœur.
Les laines viennent du Maroc, de la France et d'Australie. Dans les coopératives, on utilise un mélange des trois. On travaille avec des brins de deux ou trois fils retordus selon l'épaisseur souhaitée.

3.

Comment reconnait-on un tapis marocain ?

Tapis royal Fès : très connu par la finesse de son accomplissement, la grande attention que nous montre l'harmonie de ses couleurs, représente l'autre face du royal marocain, la première école même, qui est l'origine du tapis royal, 100% laine : chaîne, trame et noeuds, le prestigieux Fès garde ses propres motifs, en plus de ceux qu'il partage avec le Rabat, dans cette qualité, il est aussi bien que le Rabat, une ancienne technique de travail, très serrée, qualité de teintures, laine, 160.000 n/m², le meilleur pour un salon, salle à manger...
A Fès, les tisseuses ne semblent pas s'être intéressées particulièrement au tissage des tapis dans le passé. La production du tapis à Fès a évolué à travers trois étapes importantes caractérisant ainsi le tissage dans cette ville.
Le serrage des tapis de Fès est aujourd'hui le plus élevé du Maroc atteignant parfois 50 nœuds au décimètre linéaire et parfois même plus. La production à lieu, aussi bien dans les ateliers d'envergure de plus en plus importants, qu'au niveau d'ateliers plus petits appartenant à des tisseuses ou anciennes Maâlmas.

4.

Comment reconnait-on un tapis marocain ?

Tapis berbère :
Le tissage des tapis constitue une activité essentielle dans certains milieux, car il joue un rôle économique primordial pour la subsistance des familles. Il s’inscrit ensuite dans un mode de commercialisation traditionnel, basé sur le troc. Dans un ménage l’homme et la femme travaillent en coopération. La femme s’occupe du tissage et du modelage des tapis et le mari s’occupe de la commercialisation dans les marchés hebdomadaires, et fait, en contre partie, l’achat des produits alimentaires et autres produits dont ils ont besoin pour vivre.

Du point de vue artistique, le meilleur tapis est encore fait dans certaines régions berbères à base de produits naturels locaux (colorants). Les motifs décoratifs utilisés sont l’expression de la culture de la tribu dont est originaire le produit. Ces motifs relatent l’esprit de cohabitation qui a toujours existé dans ces tribus depuis une histoire lointaine avec les peuples de différentes convictions et de différentes civilisations (musulmans, juifs, berbères, chrétiens). Les tribus berbères constituent l’exemple le plus frappant de cet esprit de tolérance et de cohabitation.

5.

Comment reconnait-on un tapis marocain ?

Les tapis du Haouz de Marrakech font partie des tapis ruraux. Les tribus noueuses de tapis qui entourent Marrakech sont presque toutes d'origine arabe ; on cite ici les tapis de Rehamna, les tapis de H'mar et les tapis des Oulades Bousebaâ. Dans ces trois tribus, le nœud utilisé est le nœud symétrique. Les fils de chaînes sont en poils de chèvre ou en un mélange de poils de chèvre et de laine noire, les rangées de nœuds sont séparées par quatre à douze fils de trame, la trame est souvent en laine rouge, le tissage de ces tapis est lâche, on relève le même nombre de nœuds en longueur et en largeur. Une des caractéristiques des tapis du Haouz est leur lisière tissée en dents de scie pénétrant le velours noué, ces lisères sont tissées en poils de chèvre.

Sur le même thème

dherve

Comment planter un clou sans se taper sur les doigts ?

Qui ne s'est jamais tapé sur les doigts en essayant d'accrocher un cadre comportant la photo de grand-maman ? Il est de ces images dont on a du mal à se séparer. Le coup de marteau hyper douloureux qui vous fait inventer quelques mots non répertorié

nathdeco

Comment faire un centre de table shabby avec des fleurs en tissu ?

Pour agrémenter une table dans la douceur et la tendresse, on peut opter pour une décoration shabby : nappe blanche ou lin, un service de table dans les même tons. La touche finale, on peut la faire soi-même. Voici donc comment confectionner des cent

nathdeco

Comment repeindre une lampe en céramique en gris galet ?

Les luminaires sont très chers. Avec un peu d'huile de coude et quelques matériaux, on peut pourtant remettre au goût du jour de vieilles lampes passées de mode. Voici comment repeindre une lampe de chevet en céramique pour lui donner une couleur gri

Chercher un article sur Comment fait-on