Comment garder espoir quand on croit que rien ne va plus?

 

par cordychase |

     

Je ne sais pas si cet article sera publié, ni s'il sera apprécié. Je ne cherche pas à attirer l'attention sur moi, mais seulement à faire part de mon histoire, c'est quelque chose qui me tenait à coeur. Depuis longtemps j'avais envie d'écrire un livre sur ma vie et je ne sais pas vraiment comment m'y prendre, je saisis ma chance sur ce site. Ce n'est pas un article de trucs et astuces, ni sur les maladies, ni sur les animaux etc. C'est juste une partie de mon histoire qui montre que même quand rien ne va plus, on peut encore y croire.

Étapes de réalisation

1.

J'ai eu une enfance heureuse, du moins je ne me rappelle plus si j'ai été malheureuse. On ne peut pas dire que mon frère et moi étions gâtés, mais nous ne manquions de rien. On était souvent chez ma grand-mère qui était seule après le décès de mon grand-père, elle était ma deuxième maman et je l'adorais.
Les quelques souvenirs qu'il me reste de mon enfance, sont des vacances passées en famille, où mes parents s'entendaient à merveille, mon frère et moi aussi, même si on se disputait quelques fois, mais qui ne se disputait pas avec son frère ou sa soeur étant jeune ?

2.

Au début de l'adolescence, vers 12 ans j'ai commencé à jouer au football. Je ne pourrais pas dire si c'était parce que j'aimais vraiment ce sport ou si c'était pour attirer l'attention sur moi, car toute l'attention de mes parents était portée sur mon frère qui lui avait une carrière prometteuse dans le foot. J'étais assez douée, nous avons quand même été en finale de la coupe de Belgique, mais ça ne suffisait pas à attirer l'attention de mes parents.
Quand j'ai eu 15 ans, notre petite soeur est née et là j'ai trouvé un sens à ma vie, c'était mon bébé quand j'étais à la maison je passais la plupart de mon temps à m'occuper d'elle.
C'est vers l'âge de 17 ans que je suis devenue agoraphobe, ce jour où tout a basculé, je m'en souviendrai toute ma vie. Une réflexion que je n'aurais jamais dû entendre, mes parents buvaient et boivent toujours, j'ai pourtant essayé maintes fois de leur en parler mais, en vain, un homme que je connaissais très bien à dit comme cela sans se soucier que j'étais là : "est-ce elle ou le landau qui la reconduit jusqu'à chez elle, heureusement qu'ils ont la grande pour s'occuper de la petite".
Depuis ce jour, je fais attention à tout regard des gens, à comment je m'habille quand je dois sortir, à comment je parle etc.

3.

A l'âge de 19 ans j'ai rencontré quelqu'un, au bout de six mois on s'est mis en ménage, je crois maintenant avec du recul que j'ai dû prendre cette décision hâtive pour sortir de cette ambiance de disputes et de reproches permanents.
Au début tout allait bien, j'avais mon boulot, lui le sien, on avait une belle maison, on s'aimait. Puis tout a changé quand j'ai perdu mon boulot, de ma faute ou de la sienne, encore maintenant je me pose la question, car je cumulais deux emplois pour être plus avec lui, ce qui n'a pas plu à mon premier employeur.
De là tout a commencé à se détériorer, les factures qui s'accumulaient, comme c'est lui qui prenait le courrier en allant au travail je ne les voyais pas et il les mettait dans sa veste. Je les ai oubliées dans ma veste me disait il, était-ce vrai ou fait exprès, je n'en ai aucune idée.
A cause de ma maladie, je n'allais pas à la banque, je n'avais plus de compte et pas de procuration, je ne pouvais donc rien surveiller. Il est même arrivé que je ne sorte pas de chez moi sauf pour aller chez mes parents ou mes grands-parents et cela a duré pendant deux ans après que j'ai appris que mon frère avait sombré dans la drogue. J'ai tout tenté pour le sortir de là, j'ai dépensé des fortunes en frais médicaux et à l'heure actuelle je me demande si ce que j'ai fait a vraiment servi à quelque chose.
Entre temps, dépassés par les factures nous somment entrés en règlement collectif de dette. Une erreur de plus que je n'aurais pas dû faire, c'est clair qu'une fois dans cette médiation plus de problèmes, mais le mal-être de devoir de l'argent est toujours là. Et malgré tout, les factures s'accumulaient toujours dans ses poches et moi j'étais impuissante face à la situation.

4.

Il y a trois ans maintenant, j'ai commencé à jouer à Dofus, un jeu Online sur Internet. Je ne savais pas à l'époque que ce jeu allait être le début d'un changement radical dans ma vie. Après quelques mois de jeu, j'ai fait la connaissance d'un autre joueur, on a longuement parlé de tout et de rien et de fil en aiguille des sentiments sont nés. J'ai risqué gros, car on ne sait jamais qui est derrière son écran, mais j'ai eu de la chance, j'ai rencontré quelqu'un de formidable et j'ai décidé de tout quitter pour lui. Pour une fois dans ma vie j'ai pensé à moi plutôt que de penser aux autres.
Ma vie a totalement changé, j'ai progressé un peu dans ma maladie, je vais dans les magasins (une chose que je ne faisais plus depuis des années), je me suis fait des amis même si j'ai toujours peur des sorties en groupe, je me pousse à aller de l'avant. La prochaine étape est de pouvoir réussir à passer le permis et de trouver un boulot, deux choses qui m'effrayent à un point inimaginable.

5.

Une grosse étape à franchir encore pour moi est la sortie de la médiation, je ne sais pas comment tout cela va se terminer, ce n'est pas les quelques dettes qui sont à mon nom qui me font peur loin de là, car s'il n'y avait que cela ce serait déjà réglé depuis longtemps, c'est qu'en plus j'ai les dettes aux deux noms, des dettes que j'aurais pu éviter en disant NON, je ne l'ai pas fait et maintenant je m'en mords les doigts, j'en mange presque plus et dors très mal.
Mais malgré tout cela j'essaye de rester positive, car je me dis qu'il y a pire que moi et que j'ai de la chance d'avoir mon compagnon pour me soutenir et m'aider psychologiquement. Sans ça je ne serais pas là pour vous raconter aujourd'hui mon histoire. Je lui dois énormément, il m'a offert tant d'amour, d'attention, c'est tout ce dont j'avais besoin et que je n'avais plus eu depuis longtemps et pour cela je lui en serai reconnaissante à jamais.

6.

Si comme moi vous êtes désemparée face à une situation délicate, dites-vous que si vous partagez votre vie avec la bonne personne tout est réalisable et surmontable car on peut tout vous prendre, mais l'amour que vous donnez et partagez, personne ne pourra jamais vous le prendre.
Je sais que j'ai fait des bêtises et quelque part je n'ai que ce que je mérite, mais après avoir aidé tant de monde autour de moi, je me dis que la vie est vraiment injuste, car moi tout ce que je souhaite c'est avoir du bonheur c'est tout. Je ne demande pas à avoir de l'argent à ne plus savoir qu'en faire, seulement pouvoir être heureuse avec l'homme que j'aime et qui sait un jour pouvoir lui donner un enfant. Peu importe les ennuis, le manque d'argent, tant qu'on a du soutien et de l'amour à moi ça me suffit.
Pensez qu'à tout problème il y a une solution seulement parfois cela prend plus de temps.

Ajouter un commentaire 

Commentaires

cordychase | 24/07/2013  

Merci Jinou, oui Dofus nous à rapproché il va y avoir maintenant 6 ans et il va y avoir 2 ans naissait notre petit garçon. Une vie totalement différente un nouveau départ et plein de bonheur. Je n'oublierai jamais ce que ce jeu m'a apporter. Même si maintenant je n'ai plus le temps d'y jouer, j'y penserai tout le restant de ma vie.

jinou | 20/07/2013  

je suis vraiment très heureuse pour vous en apprenant que le jeu Dofus vous a rapproché d'autant plus que mon beau fils a participé à l'élaboration de ce jeu ! prenez bien soin de vous et de votre amour

lesolidaire | 12/01/2013  

Avoir un deuxième employeur n'est pas un motif de licenciement ! si le motif n'est pas une faute grave, le licenciement est abusif et le salarié doit saisir le tribunal des Prud'hommes. Et pourquoi avez-vous perdu le deuxième emploi ? Merci pour avoir partagé un peu de votre vie et d'avoir montré le chemin de l'espoir. Bon courage.

Chercher un article sur Comment fait-on