Comment comprendre le "Discours de la Méthode" de Descartes ?

 

par Marty2 |

     

René Descartes (1596-1650) est connu en tant que philosophe, mais a également fourni des travaux d'importance en physique, notamment en optique, et en mathématiques. Paru en 1637, le "Discours de la Méthode" constitue le récit d'un parcours intellectuel qui instaure la prévalence de la raison face à la tradition et à l'autorité. Ce texte est plutôt accessible (et court) mais peut dérouter par la langue classique de l'époque un peu pesante. Voici une trame pour s'y retrouver.

Quelles sont les fournitures nécessaires ?

  • Intérêt pour les grands classiques
  • Environ une dizaine d'heures de temps de lecture

Étapes de réalisation

1.

Le "Discours de la Méthode" est divisé en 6 parties.
Dans la première partie, Descartes résume ses études, et introduit la nécessité de la raison et de la méthode.

2.

Dans la deuxième partie, il établit les 4 règles fondamentales de la méthode :
- est considéré comme vrai ce que l'on perçoit clairement et distinctement (exemple : je pense donc je suis).
- diviser la difficulté en éléments fondamentaux que l'on traite un par un.
- reconstituer ensuite les éléments.
- parcourir les liens logiques d'une question pour s'assurer qu'elle a été examinée correctement et exhaustivement.

3.

Dans la troisième partie, Descartes énonce une morale provisoire qu'il doit suivre en attendant de pouvoir construire la sienne par la méthode et la raison :
- obéir aux lois et coutumes de son pays, notamment la religion.
- être résolu dans ses choix et actions (une fois un chemin décidé, ne plus s'en écarter).
- changer ses désirs plutôt que l'ordre du monde (ce que l'on maîtrise).

4.

La quatrième partie traite de questions métaphysiques en se penchant sur l'existence de Dieu et de l'âme. C'est ici qu'on retrouve le fameux "je pense donc je suis" (cogito ergo sum) : on peut douter de tout, mais comme douter c'est penser, on ne peut douter que l'on est un être pensant. CQFD !

5.

Dans la cinquième partie Descartes traite de physique, et notamment du mouvement. Il y différencie les hommes et les animaux : les animaux, qui n'ont pas d'âme, ne sont que des machines (selon lui).

6.

Enfin, dans la sixième partie, il montre que la connaissance du monde doit permettre aux hommes de se rendre maîtres et possesseurs de la nature, afin de conserver la santé et de développer la médecine.

Chercher un article sur Comment fait-on