Comment comprendre la santé chez l'adolescent ?

La puberté s’accompagne d’une croissance rapide, de l’éveil à la sexualité et parfois d’un certain mal-être.

Étapes de réalisation

1.

La crise d’adolescence
Des portes qui claquent, une opposition aux règles familiales… c’est probablement la crise d’adolescence. Déprime, idées noires, repli sur soi, fugue, troubles du sommeil (difficultés à s’endormir, insomnies), décrochage scolaire et absentéisme… ces signes doivent alerter, la crise est peut-être plus profonde. Il convient d'en parler au médecin traitant.

Les troubles du comportement alimentaire
L’anorexie est une grave maladie qu’il faut savoir reconnaître. Elle touche essentiellement les jeunes filles. Elle se traduit par un amaigrissement important, une absence de règles et un surinvestissement scolaire et / ou sportif. La boulimique au contraire cède à des crises incontrôlables de goinfrerie. Juste après la crise, elle se fait vomir.

2.

Les consultations gynécologiques
La première visite est une simple prise de contact. Elle doit avoir lieu quand l’adolescente en ressent le besoin, pour initier une vie sexuelle, en cas de symptômes ou de doutes sur la contraception. Cette visite permet au gynécologue d’informer sur la prévention des infections sexuellement transmissibles (sida, hépatites, syphilis, chlamydiae…) et sur la contraception. Une visite annuelle chez le gynécologue est conseillée dès les premiers rapports sexuels. Ces visites permettent de contrôler le poids, la tension, de palper les seins, d’examiner la vulve, le vagin et l’utérus. La prise de la pilule entraîne la prescription d’un bilan sanguin à la recherche de sucre et de graisse en quantité trop importante. La prise de sang est effectuée avant la première prise de pilule puis régulièrement tous les ans ou tous les deux ans.

Le dépistage du sida
En cas de rapport sexuel à risque, de rupture ou d’oubli du préservatif, de désir de rompre avec le préservatif à l’occasion d’une relation amoureuse durable, l’adolescent doit penser à faire un test de dépistage du sida dans un centre de dépistage anonyme et gratuit.

3.

La colonne vertébrale
Lors de la puberté, il faut savoir dépister le plus rapidement possible une attitude scoliotique. Il existe un signe clinique que tous les parents doivent apprendre à connaître et à rechercher périodiquement. Il s’agit d’une bosse latérale, que les médecins nomment gibbosité. Elle est bien visible, en se plaçant derrière l'enfant, qui doit se pencher en avant, genoux tendus, mains jointes entre les jambes. Si la bosse apparaît dans cette position, il faut consulter le médecin traitant.

4.

La vue
La visite annuelle chez l’ophtalmologiste est recommandée aux jeunes qui portent des verres correcteurs ou des lentilles de contact, et à ceux qui ont des antécédents familiaux de troubles visuels (myopie, astigmatisme, hypermétropie, glaucome, etc.). Dans les collèges, une visite médicale est organisée en classe de 3e. Sans problèmes ni symptômes particuliers (migraines, plissement des yeux, rapprochement de la télévision...) une visite tous les 4 ans est suffisante.

5.

Le bilan bucco-dentaire de la Sécurité Sociale
Le bilan bucco-dentaire est un examen de dépistage proposé à tous les adolescents de 13 à 18 ans. Ce bilan annuel gratuit est proposé par la Sécurité Sociale qui envoie un courrier aux familles concernées. Il doit être effectué chez un chirurgien-dentiste conventionné. Il comprend un examen bucco-dentaire, des radios si nécessaire et des conseils d’hygiène et de prévention. Si l’examen bucco-dentaire en révèle la nécessité, le chirurgien-dentiste établit un programme de soins qui, s’ils sont effectués dans les six mois suivant le bilan bucco-dentaire, sont remboursés à 100 % par la Sécurité Sociale.

Astuces et mises en garde

Astuce(s) :

Le Fil Santé Jeunes est une ligne d’écoute anonyme et gratuite qui peut aider les adolescents en cas de difficultés.

Mise(s) en garde :

La surveillance et les dépistages chez l'adolescent conditionnent beaucoup de choses chez l'adulte.

Chercher un article sur Comment fait-on