Comment choisir un film de Woody Allen ?

 

par élisa6 |

     
Comment choisir un film de Woody Allen ?

40 ans de carrière, 42 films. Comment choisir dans la masse des films de Woody Allen ? Comment établir son choix étant donné que le célèbre réalisateur new-yorkais est passé par différentes phases au cours de la longue carrière ?

Quelles sont les fournitures nécessaires ?

  • Une passion pour le cinéma
  • Un intérêt pour Woody Allen

Étapes de réalisation

1.

La période "absurde / burlesque" 1965-1975

Les dix premières années de la carrière de Woody Allen sont marquées par des films très originaux et très expérimentaux, dans lesquels Woody Allen déploie l'autodérision, l'humour absurde, surréaliste ou burlesque, proche parfois du slapstick du cinéma muet. Très influencé par le stand up, la scène comique, les sketchs délurés, les premières années du cinéma d'Allen sont peut-être les plus difficiles d'accès. Très novateurs à leur époque, certains de ces films ont mal vieillis, à l'image de "Lily la Tigresse" ou de "Quoi de neuf, Pussycat ?".
A voir si vous êtes fan du genre : "Prends l'oseille et tire-toi" (1969), "Bananas" (1971), "Tombe les filles et tais-toi" (1972), "Tout ce que vous avez toujours voulu savoir sur le sexe sans jamais oser le demander" (1972), "Woody et les robots" (1973) et "Guerre et amour" (1975).

2.

L'âge d'or : 1977 - 1989

Ou les films de la maturité. Après une décennie passée à rire de l'absurdité de l'existence, Woody Allen intègre l'élément dramatique à son sens de la comédie. Il fournit pendant cette grosse décennie plusieurs chef-d'oeuvres, mélanges adroits, subtils et puissants de comédie et de drame, d'humour et d'émotion, de légèreté et de profondeur.
Son plus grand chef-d'oeuvre : "Crimes et délits" (1989), où l'histoire de Judah Rosenthal (Martin Landau), un ophtalmologue confronté à des choix moraux impossibles et aux conséquences de ses actes.
C'est également la période du succès critique, avec les Oscars obtenus pour "Annie Hall" (1977), son film le plus estimé à ce jour, et "Hannah et ses soeurs" (1986).
Autres très grands films : "Manhattan" (1979), "Zelig" (1983), "La rose pourpre du Caire" (1985), "Radio Days" (1987), "Une autre femme" (1988).

3.

Les années 1990 : la décennie chaotique

Après l'âge d'or des années 1980 et la reconnaissance critique et publique, Woody Allen traverse une période plus difficile professionnellement, enchaînant les mésestimes critiques et les films considérés comme mineurs. Exercices de styles laborieux ("Ombres et brouillard", 1991 ; "Tout le monde dit I love you", 1996), comédies terriblement mineures ("Meurtre mystérieux à Manhattan, 1993 ; "Maudite aphrodite", 1995 ; "Harry dans tous ses états", 1997 ; "Escrocs mais pas trop", 2000), Allen semble un peu divaguer.
Exceptions : "Coups de feu sur Broadway" (1994), brillante comédie à la construction rigoureuse, aussi drôle qu'audacieuse ; "Alice" (1990) ; "Maris et femmes" 1992).

4.

2002 - 2004 : retour sur une longue carrière

Trois films en guise d'au-revoir, trois retours plus ("Hollywood Ending", 2002, "Melinda & Melinda", 2004) ou moins ("Anything else", 2003) réussis sur les grands thèmes de sa carrière.
Dans "Hollywood Ending", le personnage de réalisateur qu'il interprète est un sosie frappant de l'homme qu'il est. Toujours avec autodérision, il raconte l'histoire d'un réalisateur toujours amoureux, incompris dans son pays, adulé en France, dont les névroses gâchent le cinéma. "Anything else" peut s'interpréter avec certitude comme un passage de flambeau : Woody Allen y interprète un vieux comique qui désire apprendre à un gagman débutant (interprété par Jason Biggs) les leçons qu'il a tirées de la vie. Enfin, Allen revient aux sources dans "Melinda et Melinda", qui aurait pu être son dernier film : une réflexion sur la nature comique ou tragique de la vie, une question que Woody Allen s'est posée et a posé tout le long de sa carrière...

5.

2005 + : la renaissance

La vieillesse va bien à Woody Allen. Après le bilan effectué au début des années 2000, le cinéaste déménage sa caméra et s'offre une nouvelle renaissance artistique hors du sol américain. Avec sa trilogie londonienne, Allen signe même un chef-d'oeuvre d'une puissance narrative et formelle étonnante : "Match Point" (2005), dans lequel Scarlett Johansson crève l'écran et s'impose comme la nouvelle égérie du réalisateur. "Scoop" (2006) est une comédie d'une légèreté réjouissante, toujours avec Scarlett Johansson aussi à l'aise dans la comédie que dans le drame, et "Le rêve de Cassandre" (2007), bien que mineur, reste un film solide.
Après l'Angleterre, l'Espagne : en posant ses valises à Barcelone, Woody Allen filme en 2008 avec "Vicky Christina Barcelona" une comédie d'été pétillante. Revenu à New York pour une comédie qui devrait sortir en 2009, il devrait revenir en Europe à l'été 2009 pour tourner une comédie... à Paris.

Commentaires

stickers | 18/08/2010  

Woody Allen, pour moi, c'est une merveille de réalisateur, qui me fait penser, en langue collée, à ce sticker feuilles de ginkgo et quelquechose comme celui-là (un sticker doucement absurde ...

Sur le même thème

murdarco

Comment réaliser un court-métrage ?

Vous êtes un réalisateur en herbe qui souhaite, un jour ou l’autre, faire des films diffusés dans toutes les salles de France, voir du Monde. Pour convaincre un producteur de ce talent potentiel il vous faudra passer, obligatoirement, par le court m

alphamax

Comment fabriquer un clap de cinéma ?

Le clap est un accessoire indispensable sur un plateau de cinéma permettant de délimiter le début et la fin d'une séquence. Le bruit que le clap produit lorsque les deux parties s'entrechoquent sera enregistré par les micros et la caméra filmera ce

Chercher un article sur Comment fait-on

Derniers articles Cinéma & télévision