Comment sont apparus les ordinateurs dans le jeu d'échecs ?

 

par alekhine |

     
Comment sont apparus les ordinateurs dans le jeu d'échecs ?

Les ordinateurs qui jouent aux échecs ont longtemps été des rêves pour tous ceux qui voulaient les concevoir. Les ordinateurs prenaient bien trop de place pour être utilisables convenablement. De plus, comment leur incorporer tous les milliards de combinaisons qui font la richesse du jeu d'échecs ? A l'heure actuelle, les ordinateurs d'échecs sont de plus en plus forts, très proches des meilleurs joueurs du monde. Mais l'homme reste encore le maître absolu. Mais pour combien de temps?...

Quelles sont les fournitures nécessaires ?

  • Un ordinateur d'échecs

Étapes de réalisation

1.

Dès 1950, marquant les premiers pas de l'ordinateur, on chercha à le faire jouer aux échecs. A l'époque, savoir jouer aux échecs était un signe de puissance et d'intelligence. Il faudra encore attendre un demi-siècle pour voir les ordinateurs atteindre les meilleurs joueurs du monde.
Avant l'arrivée de l'ordinateur, une histoire, véritable supercherie fit le tour du monde : vers 1770, le Baron Volgang von Kempelen, un ingénieur autrichien, présenta un peu partout un automate qui jouait aux échecs.
En fait, le "Turc", comme il était surnommé, cachait en dessous, un fort joueur qui pouvait tout voir.

2.

L'ordinateur ne sait pas bluffer. Le bluff, aux échecs, peut s'avérer important dans certaines parties. Les premiers ordinateurs d'échecs donnaient des pièces sans raison. En analysant, on se rendit compte que ceux-ci avaient remarqué une position de mat, qu'il était quasiment impossible de repérer pour un être humain.

3.

La lutte entre l'homme et la machine.
La confrontation entre un ordinateur et les champions du monde, a toujours attiré la curiosité des joueurs d'échecs. Tout le monde souhaitait voir l'homme se faire battre. Tout ceci est un peu symbolique. Un peu comme si l'intelligence de l'être humain devenait le dernier rempart face à la machine.
Le coup de tonnerre de la défaite de Garry Kasparov, considéré comme un génie, en 1997 face à Deep Blue, un ordinateur IBM, résonna longtemps dans le monde des échecs.
L'ordinateur était-il soudain supérieur à l'homme ? La réalité était tout autre, heureusement sans doute.

4.

En fait, la force de l'ordinateur réside avant tout dans la puissance de calcul. Il peut calculer des milliards de combinaisons par seconde, ce qui est impossible pour un humain.
On s'aperçut que Kasparov avait tenté une ouverture perdante dans la dernière partie, voulant sans doute bluffer la machine. Kramnik, un autre champion, commit la même erreur face à Deep Fritz, un autre ordinateur très puissant.
L'impact psychologique de l'ordinateur a sans doute joué. Les deux champions ont avoué ensuite qu'ils n'auraient jamais joué ainsi face à d'autres humains.

5.

Comment se programme un jeu d'échecs ?
La programmation d'un jeu d'échecs est accessible à toute personne connaissant la programmation. Elle est constituée de deux phases : le moteur et l'interface graphique.
Le moteur est bien entendu le coeur du programme d'échecs. Il faut calculer des suites possibles à partir d'une position courante. Ensuite, suivant des critères d'évaluation, le moteur doit choisir le meilleur coup.
Deux possibilités :
La force brute : on calcule un maximum de coups possibles.
Optimiser la fonction d'évaluation : le programme calcule moins de coups, mais évalue bien mieux les positions.
La seconde approche est celle retenue actuellement.
A titre d'exemple, en 1997, Deep Blue calculait près de 300 millions de coups par seconde, alors qu'en 2003, Deep Junior calculait seulement 3 millions de coups par seconde. Pourtant, il est aussi fort.

6.

L'interface graphique GUI (Graphical User Interface)
C'est ce qui permet de montrer la partie : gestion des menus, déplacements des pièces par exemple.
Il existe de nombreuses interfaces gratuites. il suffit que le moteur du programme dispose d'un protocole de communication.
Il existe aujourd'hui deux protocoles qui permettent de relier un moteur et un GUI :
Winboard et UCI (Universal Chess Interface).
Arena est l'interface qui s'impose aujourd'hui.

7.

Quelques moteurs d'échecs :
Crafty : un moteur gratuit qui peut être utilisé avec Winboard. Il est très fort pour les joueurs moyens de club.
GNU Chess : un célèbre projet très fort aussi.
Les logiciels d'échecs :
Jester
Chessmaster, un logiciel très public et bon pédagogue.
ChessTiger 2004 : parmi les meilleurs du monde, développé par le français Christophe Théron.
Chessbase, acteur incontournable du monde des échecs, a créé des logiciels d'échecs de très haut niveau :
Fritz : LE logiciel par référence. Très puissant dans tous les compartiments, y compris en finale.
Shredder : l'actuel champion du monde des ordinateurs.
Junior et Hariarcs : bons programmes.

8.

Le jeu d'échecs se développe aussi sur Internet. De nombreux programmes permettent de jouer sur Internet, et de rencontrer ainsi des joueurs de tous les pays. Et ceci 24 heures sur 24, si vous le souhaitez.
Les tables de finales : elles permettent de connaître pour une position donnée s'il existe un gain ou non.
Le logiciel ne cherche alors que cette position et pas une autre, jusqu'à trouver ou non un gain.
Il semble qu'il soit faux de dire que les ordinateurs d'échecs disposent d'une intelligence artificielle, permettant de s'auto améliorer.
Toutefois, il est intéressant de remarquer que souvent le programme, sur une même position, va proposer d'autres solutions, lorsqu'il ne trouve pas quelque chose de satisfaisant.

Sur le même thème

petite_amande

Comment participer à un jeu télévisé ?

Qui n’a jamais rêvé de remporter la vitrine du Juste prix ou de montrer son incroyable talent de chanteur dans le programme N’oubliez pas les paroles ? Qui n’a pas envisagé de se frotter aux énigmes super compliquées de Julien Lepers dans son

clement2

Comment lancer un boomerang ?

Un boomerang, c'est marrant, surtout quand on sait comment le lancer. En effet, il n'est pas rare d'acheter un boomerang, puis de ne jamais s'en servir, simplement parce qu'on n'arrive pas bien à s'en servir. Ou pire encore, il arrive que des gens qui ne

Chercher un article sur Comment fait-on

Derniers articles Jeux