Comment aborder la question du don d'organes ?

Accepter ou refuser de donner ses organes après sa mort : une décision à prendre à l'avance et à faire connaître.

Étapes de réalisation

1.

En parler : lié à l'angoisse de la mort, le sujet du don d'organes n'est pas toujours facile à aborder. Les campagnes nationales d'information, la lecture d'un article ou les actualités dans les médias, l'hospitalisation d'un proche ou un décès, la carte de donneur... ces éléments permettent d'engager la conversation autour de ce sujet pour déterminer la position de chacun, en ouvrant le débat, sans dramatiser, en laissant la possibilité de futurs nouveaux échanges sur le sujet.

2.

Se positionner : il est important de se prononcer et de prévenir son entourage pour éviter des situations difficiles et de mauvaises décisions lors du décès. Après le décès, les équipes médicales consultent les familles ou les proches pour connaître la volonté du défunt, si la position n'a pas été exprimée, l'entourage se retrouve avec une lourde responsabilité. Chaque année, 30% des familles se prononcent contre le prélèvement, car le plus souvent elles ne connaissent pas la volonté du défunt. Tout le monde peut être donneur potentiel. La carte de donneur est un engagement personnel qui peut aider à définir l'engagement du défunt. Il existe un registre national des refus, toute personne non inscrite est supposée consentir au don d'organes (sauf si la famille exprime des réserves).

3.

Le prélèvement : généralement les organes prélevés sont le foie, les reins, les poumons et le coeur, rarement le pancréas et les parties de l'intestin. Certains tissus peuvent également être greffés, comme la cornée, les os, les artères, les veines, les valves cardiaques (il est possible de choisir de refuser de donner certains tissus ou organes). Avant tout prélèvement, un constat de mort cérébrale doit être établi, la respiration et la tension artérielle sont maintenues artificiellement ; c'est l'arrêt du cerveau qui atteste de la mort de la personne. Le corps n'est pas mutilé, les prélèvement sont effectués comme des actes chirurgicaux, pas de cicatrices apparentes ou d'éléments manquants (lentilles pour remplacer les cornées).

Astuces et mises en garde

Astuce(s) :

Exprimer sa volonté concernant le don d'organes évitera l'embarras de votre entourage lors du décès.

Tout le monde peut être "candidat" au prélèvement d'organes.

Mise(s) en garde :

Tenez compte de l'avis de chacun et respectez chaque position ou conviction.

Commentaires

guillaume7 | 14/01/2015  

Bonjour, j'ai trouvé quelques pistes ici : http://vosdroits.service-public.fr/particuliers/F18515.xhtml

Bbibidou34 | 03/01/2015  

bonsoir je me presente jerome michel, j aimerai faire don de mon corp, certe je suis determinee. je trouve dans ma reflexion , que il y a tout un ta de chemin a passer qui son ralentissent . et un manque d information pour que les gens sachent qu il peuve sauver une vie au lieu de consacrer toute leur retraite dans un cerceuille mais bon? et seconsio, il n y a pratiquement aucune indication pour trouver un numero ou s orienter pour faire les demarches , d autant plus que j ai du mal a me servir d un ordinateur . en resumer j aurais aimer que ce soit un petit peu plus simplifier mais bon : au moin avoir des numero etc merci desol pour les fautes cordialement!!!.

Chercher un article sur Comment fait-on