Comment gérer la panne d'air en plongée sous marine ?

La plongée sous marine est une activité fabuleuse, considérée comme un sport car une bonne condition physique est préférable. Les connaissances techniques et la pratique permettent de maîtriser les différents aspects de cette activité. A partir d'un certain niveau, les actions deviennent des réflexes pour gérer les situations de risque, comme la panne d'air.

Étapes de réalisation

1.

La panne d'air : Une panne d'air peut être due au fait que la bouteille est vide (l'air contenu dans la bouteille a été consommé), ou à un problème technique (au niveau de la bouteille ou du détendeur qui apporte l'air comprimé de la bouteille à la bouche du plongeur). Une palanquée (groupe de plongeurs) compte 2 à 6 plongeurs ; imaginons une palanquée de deux plongeurs autonomes. Le plongeur qui tombe subitement en panne d'air doit rapidement prévenir son binome (partenaire de palanquée), pour ce faire il se fait voir et utilise le signe adéquat : la main tendue horizontale à hauteur du cou effectue un mouvement énergique d'avant en arrière.

2.

Le sauvetage : Le plongeur sauveteur doit rapidement faire comprendre deux choses à son partenaire en détresse : il l'a vu, il a compris. Il effectue donc le signe ok (l'index et le pouce forment un rond, les autres doigts restent tendus), puis il vient vers son binome en attrapant son propre détendeur de secours (octopuss). Ainsi, stressé par la situation, le plongeur en panne d'air sait qu'il va être secouru.

3.

La mise en sécurité : Une fois au niveau du plongeur en détresse, le sauveteur lui donne son détendeur de secours et se place devant lui. Face à face, les yeux dans les yeux, il rassure le plongeur en détresse qui se calme, puis vérifie que sa respiration reprend normalement et lentement. Les plongeurs peuvent se tenir pour rester solidaires et être sûrs que le détendeur de secours de l'un reste dans la bouche de l'autre. Quand la situation est bien posée, la remontée peut être amorcée.

4.

La remontée en surface : Le sauveteur prévient chaque plongeur de la remontée par les signes adaptés : il pointe chaque plongeur avec son index, puis lève le pouce vers le haut pour indiquer la remontée. Les deux plongeurs concernés par le sauvetage restent ensemble, puis la remontée se fait tranquillement en respectant les paliers éventuels préconisés selon le profil de la plongée. En surface, le bateau est prévenu du problème par le signe de détresse en surface : la main frappe l'eau à plat, de bas en haut.

Astuces et mises en garde

Astuce(s) :

Vérifier régulièrement son manomètre pour connaître le volume d'air restant dans la bouteille.

Maîtriser sa consommation d'air en évitant les mouvements inutiles.

Mise(s) en garde :

Bien vérifier son matériel avant chaque plongée et repérer la configuration du matériel de son partenaire de plongée.

Sur le même thème

nadiaturquet

Comment fait-on pour choisir des chaussures de ski?

Les skieurs sous-estiment souvent l’importance des chaussures, surtout les débutants. Pourtant, il s’agit d’un détail capital dans la mesure où ces équipements représentent l’interface entre les pieds et les skis. Le choix d'une paire de chau

guillaume7

Check list pour partir au ski

Partir au ski, c'est super. Mais se rendre compte une fois sur place qu'on a oublié la moitié du matériel nécessaire, c'est l'horreur. Afin d'éviter de transformer ce séjour en voyage sur une montagne... de stress, voici une check list ski qui vous

garavan

Comment virer de bord face au vent avec un voilier?

Le virement de bord vent debout sur un voilier est une manoeuvre courante qui parait simple mais qui peut, si elle est mal exécutée, se traduire par un bateau planté face au vent et, dans certaines conditions de vent et de mer peut, s'avérer dangereus

Chercher un article sur Comment fait-on