L'auteur

Josephine4 Josephine4

"Le monde s'est laissé régler, les foules sont apprivoisées L'économie est leur Bible, consommation est leur ange Et on prie l'esprit billet pour qu'il nous laisse épargner On croit qu'on décroche la lune avec nos ailes de mésange"

Autres articles du même auteur :

Voir tous ses articles

S'abonner au flux RSS

Comment ne pas être fataliste ?

 

par Josephine4 |

     

Tous les malheurs du monde s'abattent sur vous mais vous n'y pouvez rien, ce n'est pas de votre faute, votre histoire est écrite ainsi et si être une victime est votre destinée, alors il ne reste plus qu'à supporter ce sort avec le plus de dignité possible... Et si on pouvait voir les choses autrement ? Comment fait-on pour ne pas être fataliste ?

Étapes de réalisation

1.

Croyances
Il ne s'agit pas de faire table rase de nos croyances quelles qu'elles soient mais simplement de cesser de se positionner perpétuellement en victime.

2.

Volonté
Chose faite, cessons d'être spectateur de nos tristes vies pour en devenir les acteurs principaux (ce qui paraît plutôt logique). Offrons la place qu'elle mérite à notre volonté et envisageons l'adage "Quand on veut, on peut"...

3.

La responsabilité
Que le destin soit foutaise ou vérité pour vous n'est pas le problème. Accepter et admettre d'avoir un pouvoir sur sa propre vie est une marque de prise de responsabilité et l'inverse, de la lâcheté. En effet, il est plus facile de ne pas chercher à s'extraire de ses malheurs parce qu' "on n'y peut rien" que de lutter pour une vie meilleure. Mais si le jeu en valait la chandelle... ?

4.

Conclusion :
Yes, we can !

Commentaires

baudouinlabriqiue | 05/09/2009  

Conclusion "Non ce n'est pas aussi facile qu'on veut el faire croire ici !" Les croyances seront toujours actives et génèreront toujours le même type de comportement tant que les causes profondes n’en auront d’une part, pas été mises aux jours, et d’autre part, sine qua non, on n’aura pas pu libérer la mémoire émotionnelle souffrante qui les fait rendre actives ! Dans de telles conditions et suivant mon observation professionnelle, la référence à la question de la responsabilité que chacun a en la matière va inévitablement gonfler la culpabilité de ne pas y arriver et pour cause car « lutter pour une vie meilleure » ne produira aucun effet positif ! Ce qui est proposé ici est pu comportementalismes (genre « il n’ya qu’à ») mais qui ne résout strictement rien en profondeur ; pire, il va immanquablement plonger les gens dans une détresse plus grande encore car ils se sentiront plus impuissants encore, suivant mon observation professionnelle. Bien prendre conscience de ce que la célèbre psychothérapeute Alice Miller : « Une grande partie des thérapeutes offrent des thérapies comportementales pour combattre les symptômes des patients sans chercher leurs significations et leurs causes, parce qu’ils sont persuadés qu’elles sont introuvables. Pourtant, dans la plupart des cas elles le sont mais elles sont toujours cachées dans l’enfance, et rares sont les personnes qui veulent la confronter." (Alice Miller). En revanche, est très efficace la piste (réellement) psychothérapeutique qui inclut la psychobiologie moderne (ou neurosciences cognitives et qui font partie des sciences de la psychologie officielle) et qui allie les outils de l’analyse (sans tomber dans la pure psychanalyse et qui compte sur le temps pour que des résultats apparaissent) sans oublier alors (mais on sait pour quelles raisons profondes on le fait) le comportementalisme pour se reconstruire tout à fait. Cf. http://www.psychobiologie.eu

Sur le même thème

mariegrousset1

Comment faire le bien avant Noël ?

À l'approche des fêtes de Noël, on a qu'une envie : être un ange. Qu'on soit enfant ou adulte, il y a toujours une part d'entre nous qui croit au Père Noël. Et franchement, qui a envie de se retrouver sur sa liste noire ?

spectrakia

Comment gérer l'anxiété qui domine notre vie ?

Parfois, il arrive des inquiétudes extrêmes, des phobies, on a souvent l'impression d'avoir peur inutilement. C'est tout à fait normal d'être craintive de temps à autre ce qui ne l'est pas c'est quand l'anxiété devient dominante pour notre vie quot

Chercher un article sur Comment fait-on

Derniers articles Psychothérapie