L'auteur

Josephine4 Josephine4

"Le monde s'est laissé régler, les foules sont apprivoisées L'économie est leur Bible, consommation est leur ange Et on prie l'esprit billet pour qu'il nous laisse épargner On croit qu'on décroche la lune avec nos ailes de mésange"

Autres articles du même auteur :

Voir tous ses articles

S'abonner au flux RSS

Comment s'affranchir de la peur du jugement d'autrui ?

 

par Josephine4 |

     

On soigne notre apparence, on a peur des apparences, on s'en méfie mais on s'y fie - ou pas - , on a peur du regard d'autrui, on s'en méfie, on l'ignore ou on agit en fonction... Qu'on le veuille ou non, qu'on l'accepte ou pas, nous existons tous, d'une certaine manière, de par le regard de l'autre. Et cet état de fait rend certains d'entre nous malades tant la peur du jugement d'autrui devient une obsession. Comment fait-on pour s'affranchir de la peur du jugement d'autrui ?

Étapes de réalisation

1.

L'estime de soi
Avoir une peur obsessionnelle du jugement d'autrui est un signe incontestable de manque de confiance en soi. Palliez ce manque d'assurance et combattez cette peur du regard de l'autre en vous rappelant, chaque fois qu'elle pointe son nez, que vous n'êtes pas moins bien, moins doué, moins belle / beau, moins intelligent que celui qui vous regarde. Mettez-vous sur un pied d'égalité avec les autres plutôt que de vous rabaisser.

2.

Rationaliser & relativiser
Si vous parvenez à vous mettre au "même niveau" que les autres mais que vos craintes persistent, tentez de les rationaliser en identifiant leurs causes ; connaître les raisons d'un trouble permet de le combattre et d'en prévenir les conséquences embêtantes. Comprendre cette peur (même si ce qu'il y a à comprendre est simplement son caractère irrationnel), c'est lui attribuer une existence, lui faire face et vous permettra de relativiser. Ce qu'on refoule remonte "à la surface", tôt ou tard et plus ou moins régulièrement, sous forme de vieux fantômes...

3.

La critique comme carburant
Vous ne valez pas moins qu'un autre et votre peur n'est pas rationnelle. Malgré cela, vous persistez à penser que certains regards sont réellement critiques à votre égard, ce qui vous dérange définitivement... Pourquoi ne pas prendre les critiques, leur faire face comme vous avez affronté vos peurs et prendre ce qu'il y a de bon en elles pour grandir, tout en laissant leur part de stupidité à ceux qui les profèrent ?

Commentaires

foule58 | 21/11/2012  

J'ai moi même ce problème dans ma vie, j'ai pas confiance en moi, lorsque je sors de chez moi pour allez en cours je dois traversez toute la ville, et passez devant plein de monde et je me sens toujours oppressé par le regard des autres, j'ai toujours peur des autres. J'ai 21 ans et j'ai peur du regard des autres du jugements qu'ils puissent apportés sur mon images, mon psychiatre m'a déclaré insuffisant en dopamine au niveau du cervelet, je vis avec sa et sens que les gens s'écarte de plus en plus de moi, j'ai peur de m'approcher des gens, de les agresser, de les déranger. Sa fais 7 ans que je suis comme sa. Que dois-je faire ?

baudouinlabriqiue | 05/09/2009  

Bel eemple de (vain) comportementalisme(genre « il n’ya qu’à ») mais qui ne résout strictement rien en profondeur ; pire, il va immanquablement plonger les gens dans une détresse plus grande encore car ils se sentiront plus impuissants encore, suivant mon observation professionnelle. Bien prendre conscience de ce que la célèbre psychothérapeute Alice Miller : « Une grande partie des thérapeutes offrent des thérapies comportementales pour combattre les symptômes des patients sans chercher leurs significations et leurs causes, parce qu’ils sont persuadés qu’elles sont introuvables. Pourtant, dans la plupart des cas elles le sont mais elles sont toujours cachées dans l’enfance, et rares sont les personnes qui veulent la confronter." (Alice Miller). En revanche, est très efficace la piste (réellement) psychothérapeutique qui inclut la psychobiologie moderne (ou neurosciences cognitives et qui font partie des sciences de la psychologie officielle) et qui allie les outils de l’analyse (sans tomber dans la pure psychanalyse et qui compte sur le temps pour que des résultats apparaissent) sans oublier alors (mais on sait pour quelles raisons profondes on le fait) le comportementalisme pour se reconstruire tout à fait. Cf. http://www.psychobiologie.eu

Sur le même thème

mariegrousset1

Comment faire le bien avant Noël ?

À l'approche des fêtes de Noël, on a qu'une envie : être un ange. Qu'on soit enfant ou adulte, il y a toujours une part d'entre nous qui croit au Père Noël. Et franchement, qui a envie de se retrouver sur sa liste noire ?

spectrakia

Comment gérer l'anxiété qui domine notre vie ?

Parfois, il arrive des inquiétudes extrêmes, des phobies, on a souvent l'impression d'avoir peur inutilement. C'est tout à fait normal d'être craintive de temps à autre ce qui ne l'est pas c'est quand l'anxiété devient dominante pour notre vie quot

Chercher un article sur Comment fait-on

Derniers articles Psychothérapie