Comment convaincre un consommateur de cannabis d'arrêter de fumer ?

 

par mamytine74 |

     
Comment convaincre un consommateur de cannabis d'arrêter de fumer ?

La consommation de cannabis est préoccupante dès lors qu'elle devient régulière. Un jeune qui fume un pétard pour une occasion festive, cela n'a rien d'alarmant. Mais quand le jeune fume tous les jours, quand les relations familiales se dégradent et deviennent conflictuelles, qu'il y a échec scolaire ou professionnel, quand la motivation pour se bouger disparaît, quand les amis s'éloignent, il faut s'inquiéter et réagir pour aider le consommateur à préserver sa santé mentale et physique.

Étapes de réalisation

1.

Commencez par demander conseil à l'un des centres spécialisés de votre département, dont on peut avoir les coordonnées en appelant Drogue Info Service au 0 800 23 13 13.

2.

Provoquez toutes les occasions pour discuter avec le jeune, qu'il soit votre enfant, un membre de votre famille ou un ami. Il ne s'agit pas de remettre en cause la "culture cannabis", sorte de mode de vie rapprochant les jeunes entre eux, mais de l'alerter sur les conséquences de sa consommation. Un jeune se rebiffe quand ses parents font intrusion dans sa vie, mais il souffre encore plus s'ils font preuve d'indifférence.

3.

Montrez-lui que vous êtes documenté sur la question en lui énonçant d'abord les points positifs du cannabis. Oui, le cannabis soulage la douleur, il aide à trouver le sommeil, il ouvre l'appétit, il apporte un sentiment de détente et de bien-être, il provoque une légère euphorie, une somnolence agréable, il modifie les perceptions, comme de mieux entendre la musique... Mais tous les consommateurs ne sont pas égaux quant aux effets du cannabis sur leur organisme.

4.

Abordez franchement les aspects négatifs, même s'il se braque ou vous envoie promener. Il doit entendre que le cannabis est dangereux à haute dose ! Il peut être à l'origine de dépression, de crises d'angoisse ou de panique, de confusion, d'anorexie, de psychose. Il peut provoquer des étouffements, des vomissements, des gonflements de vaisseaux sanguins (un jeune qui fume beaucoup a les yeux rouges), de tachycardie, de sécheresse buccale qu'on a tendance à apaiser avec de l'alcool.

5.

Le cannabis aggrave les manifestations de maladie mentale, comme la schizophrénie, et peut aller jusqu'à la bouffée délirante, qui nécessite une hospitalisation. Aux risques de désocialisation s'ajoutent les risques de cancer (comme le tabac), les risques d'aller en prison parce qu'on fréquente des circuits illicites, et les risques de suicide.

6.

Il n'est pas possible de forcer un jeune à aller consulter. Il doit le faire de son plein gré. Cela peut venir de lui-même, s'il se rend compte qu'il ne peut plus continuer à s'isoler et se détruire. Cela peut venir aussi grâce à votre appui aimant et confiant. Ne le jugez pas, ne l'enfoncez pas. Soyez là et continuez inlassablement vos mises en garde.


7.

S'il parvient à se motiver pour consulter dans un centre spécialisé, un psychiatre et un assistant social lui feront faire un bilan de consommation, et ils envisageront ensemble une démarche thérapeutique. Cela peut aller jusqu'à l'hospitalisation. Le jeune doit être conscient que ce sera dur, mais il peut le faire par amour pour sa famille, et par envie de vivre.

Commentaires

neddo | 27/08/2013  

Bonjour, je suis dans le même cas sauf que c'est mon fils qui consomme du cannabis. depuis l'age de 14 ans Actuellement il a 21 ans. Il a complètement arrêté ses études il y a quelques mois et veut quitter le pays pour le canada. On a essayé a plusieurs reprises de le traiter mais a chaque fois il recommençait même qu'une fois il m'a dit n'avoir jamais complètement arrêté. Je suis dans tous mes états et refuse de le laisse partir avant de suivre une cure de désintoxication de peur de le voir sombrer et avoir recours a d'autres drogues.Il passe ses journées vautrées devant la télé, se réveille tard dans l’après midi et quitte chaque soir pour rencontrer ses copains et fumer de longues heure durant et rentre la nuit a des heures tardives. Je crains pour lui le pire. Il refuse désormais de se faire traiter et plus le temps passe plus son caractère devient difficile a gérer. il ne fait que crier, hurler et m'insulter allant même a user de la violence envers moi. Il est invivable et sème la terreur auprès de ses sœurs. son père veut l'envoyer vivre la ou il veut, il n'en veut plus a la maison mais moi je n'arrive pas a me résigner a le laisser partir.... Je ne sait comment faire pour le sortir de cet enfer, de cette perdition... merci par avance.

churty | 14/02/2013  

bonjour je suis josselin wilfried azi et j'ai pris connaissance de votre histoire. En effet la consommation du cannabis provoque ou aggrave un certain nombre de trouble psychique .je vois que votre frère est devenu dépendant du cannabis et on peut toujours l'aider.cependant cela nécessite un certain nombre d'attitude privilégiées à avoir. surtout ne le forcez pas a se soigner et ne lui trouvez pas un comportement problématique.sensibilisez le plutôt sur les effets de plaisir du cannabis c'est à dire tout les avantages liés à la consommation du cannabis ensuite exposez-lui les effets néfastes du cannabis par tout les moyens sans l'oppresser de votre point de vue.ce n'est pas du tout facile c'est un travail qui prend le temps la décision de se soigner doit venir de lui même.s'il refuse alors vous pouvez négocier avec lui de diminuer le nombre de joints par jour ou par semaine.il doit lui même reconnaître son état de toxicomane. évitez les expressions du genre tu te drogue, tu es un drogué, évitez de le marginaliser apportez lui assistance soutien.

ls1983 | 20/12/2010  

Bonjour, Cela fait 10 ans que mon frère consomme du cannabis. Actuellement il a 24 ans. Aucune activité professionnel depuis 7 ans. Quelques stages de 2 ou 3 mois proposé par la mission locale de temps en temps. Aucune embauche (Nancy étant une région inactive moi-même j'ai du changer de ville pour travailler). Aucune vie sociale depuis 7 ans du fait de son chômage permanent. De quoi devenir fou ! Il a été diagnostique schizophrène avec beaucoup de difficulté. En effet, il refuse catégoriquement de fréquenter les médecins. Ce diagnostique date de 3 ans. La causalité est très équivoque...est ce la drogue qui provoque la maladie ou est ce que la maladie a toujours existé ? Les quelques démarches (car pour moi ce n'est pas du tout suffisant et nous sommes conscient de cela) ont été faites par mes parents avec beaucoup de persévérance. Malheureusement le traitement n'a aucun effet d'amélioration sur sa maladie mentale (qui pour moi n'a pas été correctement diagnostique car depuis 10 ans deux visites seulement ont eu lieu ce qui est loin d'être un suivi digne de ce nom). De plus il continue de consommer en cachette, sans doute pour fuir les troubles de la maladie : Insomnies, hallucinations, etc.... Je me sens coupable depuis toutes ces années, ne sachant pas comment l'aider. Je souhaiterai actuellement apporter mon aide pour le sortir de cet enfer. Je suis à Paris, mes parents et mon frère sont à Nancy. J'ai commencé par appeler quelque centre d'écoute à prendre quelque rendez vous. Je suis à la quête d'une solution, une démarche, une méthode de persuasion pour le soigner, le maintenir correctement et dignement dans cette vie. Je suis perdue... D'avance merci.

Chercher un article sur Comment fait-on