Comment identifier les risques de maladies héréditaires pour mieux les prévenir ?

 

par xtiane |

     

Les antécédents familiaux, souvent vécus comme une fatalité, prédisposent l'être humain à certaines maladies. Aussi, est-il bon de connaître l'histoire médicale de ses procréateurs pour mieux se défendre face aux éventuels risques. Voici quelques questions à poser à ses parents, tant pour se rassurer que pour effectuer les dépistages utiles.

Étapes de réalisation

1.

Un peu avant les années 50 et jusqu'en 1977, certaines femmes ont pris, durant leur grossesse, un médicament (hormone de synthèse) censé prévenir fausses couches, naissances prématurées et hémorragies, qui s'est révélé tératogène pour l'embryon si bien qu'un grand nombre de bébés exposés ( + de 150 000) sont nés avec des malformations (utérus, vagin, trompes, col chez les filles et problèmes urinaires et au niveau des testicules pour les garçons.

2.

Si votre mère a pris cet oestrogène durant sa grossesse, vous pouvez être exposée à des troubles de la fertilité et le risque de faire une fausse couche est multiplié par 6 ; si c'est le cas, parlez-en à votre gynécologue pour qu'il mette en place le suivi médical adapté ; à noter que cela ne concerne que la seconde génération.

3.

Les accidents vasculaires et infarctus avant l'âge de 55 ans chez l'un de ses proches nécessitent une certaine attention ; les maladies cardio-vasculaires sont la première cause de mortalité féminine en France (1 femme sur trois), bien avant les cancers du sein

4.

Les cancers du sein, et/ou des ovaires dans la famille nécessitent une surveillance précoce. Cela dit, des femmes prédisposées à ce type de maladies ne les développeront jamais. Toutefois, dans une optique de prévention, si plusieurs femmes de la famille ont été touchées alors qu'elles étaient encore relativement jeunes, un test génétique permet de savoir si on est porteur ou non du gène muté et d'en effectuer la surveillance.

5.

La fragilité osseuse avec l'ostéoporose est aussi héréditaire : si votre mère a eu une fracture du col du fémur, vous avez deux fois plus de risques d'en faire également ; à la ménopause, n'hésitez pas à faire une densitométrie osseuse pour évaluer le risque.

6.

Les maladies dépressives qui sont généralement liées à des factures tels que le surmenage, l'anxiété, le stress ou à des événements tels une rupture, un deuil peuvent aussi apparaître plus fréquemment chez des personnes dont les parents ont connu une dépression.

7.

Depuis quelques années, le corps médical s'est sensibilisé au cas de la migraine ; il est de fait que les risques sont accrus avec un terrain familial prédisposant, plus encore si les deux parents étaient migraineux. De nos jours, il est possible de canaliser les crises migraineuses par un traitement approprié.

Astuces et mises en garde

Astuce(s) :

D'une façon générale, connaître les antécédents de maladies, opérations... dont ses proches ont souffert permet d'orienter le médecin qui pourra ainsi mieux diagnostiquer les prédispositions à telle ou telle pathologie.

Sur le même thème

joc

Comment pouvoir mieux dormir ?

Vous ne dormez pas très bien la nuit ? Vous vous sentez fatigué le matin ? Vous êtes las ? Et oui, le manque de sommeil est handicapant. S’il se prolonge, il est même dangereux pour la santé. Mais avant d’avoir recours aux somnifères, il est

bibi86

Comment prévenir la bronchiolite chez le nourrisson ?

La bronchiolite est une pathologie qui touche principalement les nourrissons. Le pic de l’épidémie est relevé pendant la période des fêtes de fin d’année. Pour éviter de passer Noël à l’hôpital, vous devez donc faire très attention et pre

alekhine

Comment soulager les douleurs cervicales ?

Qui n'a pas déjà dormi dans une mauvaise position, n'est pas resté trop longtemps mal assis devant son ordinateur, ou n'a pas bricolé dans une mauvaise position ? Le résultat : des douleurs cervicales parfois aiguës ou des raideurs dans les épaule

Chercher un article sur Comment fait-on