Comment se préparer à une grosse intervention chirurgicale ?

Comment se préparer à une grosse intervention chirurgicale ?

Apprendre qu’on doit être hospitalisé n’est jamais une nouvelle agréable. Si l’opération que vous vous apprêtez à subir est particulièrement lourde, cela peut devenir une source d’angoisse. Ce que vous vivez alors n’est pas facile, mais cette épreuve peut s’anticiper et se préparer en douceur.

Étapes de réalisation

1.

Plus une intervention est lourde, plus vous devez poser de questions sur la façon dont va se dérouler votre hospitalisation : elles sont toutes légitimes. Informez-vous auprès de votre médecin, rencontrez l’infirmière d’annonce, consultez l’équipe médicale. Ne gardez rien pour vous.

2.

Évitez coûte que coûte de faire de la recherche en amateur sur Internet au sujet de votre maladie : vous y trouverez tout et n’importe quoi, ce qui vous stressera plus qu’autre chose. Chaque cas est particulier, accordez plutôt votre confiance au personnel qui vous prend en charge.

3.

Faites-vous encadrer. Il n’y a rien de honteux à consulter un psychologue, idéalement au sein même de la structure où se déroulera l’opération. Parlez-lui de vos appréhensions, de vos angoisses, de vos craintes : il vous conseillera au mieux. Par ailleurs, il est probable qu’on vous prescrive une médication calmante qui vous aidera à vous relaxer.

4.

Entourez-vous de vos proches. Quand on s’apprête à vivre une grosse intervention médicale, le sentiment de solitude est inévitable : c’est vous qui allez passer sur le billard, après tout. Pourtant, entretenir une vie sociale est très important dans les instants qui précèdent et suivent l’opération. Reposez-vous sur l’épaule d’une personne de confiance et changez-vous les idées auprès de bons amis.

5.

Parfois, votre entourage peut avoir des réactions déconcertantes. Vous aurez l’impression que les gens autour de vous ne réalisent pas pleinement ce que vous êtes en train de vivre. Parlez-leur de votre ressenti, mais évitez les reproches virulents : ils sont peut-être démunis devant l’épreuve que vous traversez, et c’est ce qui les rend maladroits.

6.

Faites-vous plaisir. Ça peut paraître décalé de parler de « plaisir » dans un tel contexte, mais c’est une clef essentielle pour votre bien-être. Sans tomber dans les excès, profitez des bons petits plats cuisinés, promenez-vous dans la nature, allez au cinéma, bouquinez sur une terrasse, faites tout un tas de choses qui vous sont agréables. Vous serez privé un temps de tout cela pendant votre hospitalisation, alors profitez-en.

7.

Riez aussi souvent que cela vous est possible. Le sens de l’humour est particulièrement précieux pour évacuer les tensions intérieures. Prendre du recul sur votre maladie, la tourner en dérision, tout cela peut faire un bien fou.

8.

Plaisantez, oui, mais ne jouez pas les héros : pleurez aussi quand vous en éprouvez le besoin. C’est une réaction du corps salutaire qui évacue le stress et met dans un état un peu cotonneux. Vous vous sentirez généralement mieux après.

9.

Préparez soigneusement votre séjour à l’hôpital. Prévoyez des vêtements confortables, de la lingerie de rechange, votre peignoir préféré. Pensez aussi à emporter de quoi vous distraire (magasines et mots fléchés).

10.

Enfin, n’ayez pas honte de prendre avec vous un objet inutile, mais qui a une forte portée symbolique à vos yeux : choisissez quelque chose de familier, qui vous rassure… ça brisera l’impersonnalité de votre chambre d’hôpital.

Sur le même thème

la maman inspiree

Comment immobiliser un membre fracturé ?

Saviez-vous qu’à la suite d’un coup, d’une chute ou d’un accident, il est possible de souffrir d’une fracture ? En cas de suspicion de fracture ou de fracture avérée, il est essentiel d’immobiliser le membre fracturé, pour limiter la doul

Chercher un article sur Comment fait-on

Derniers articles Chirurgie