Comment gérer un ado violent ?

Comment gérer un ado violent ?

Quand il ne répond pas, il frappe, quand il ne frappe pas, il injurie... Bref, il devient agressif, violent, dangereux aussi bien pour lui même que pour ceux qui l'entourent et vous ne savez plus du tout quoi faire. Là, on a largement dépassé le stade de la bête phase de rébellion qui accompagne la crise d'adolescence. Alors comment réagir ?

Étapes de réalisation

1.

Une chose : on ne frappe jamais et on n'insulte jamais ses enfants. Oui, je sais, on a envie de se défendre, de lui faire aussi mal qu'il nous fait mal, mais pour un enfant, quelque soit son âge, un parent est un modèle. Si le gamin voit son modèle craquer, partir en live et s'emporter, il comprendra que non seulement son modèle a des failles mais qu'en plus, il peut le traiter comme une serpillière. Et là, vous aurez atteint un point de non retour et il vous sera très dur de revenir en arrière.
On évite aussi le "file dans ta chambre". À quinze ans, il va joyeusement vous envoyer sur les roses, et si il va quelque part, ce ne sera sûrement pas dans sa chambre, mais chez des amis auprès de qui il pourra se plaindre des "gros relous" qui lui servent de parents.

2.

Les foyers sociaux et l'internat, c'est la "solution de facilité" entre parenthèses. Vous allez y envoyer votre ado, ce sera un crève-cœur, vous aurez l'impression d'avoir échoué en tant que parent et lui il aura la sensation d'être abandonné.
L'internat, pourquoi pas, pour la rigueur, le travail scolaire. Mais mettre votre enfant en pension pour vous en débarrasser ou le placer parce que vous lâchez l'éponge, NON ! En devenant parent, vous saviez qu'il y aurait des hauts et des bas et qu'à l'adolescence ce ne serait pas du tout une promenade de santé. Vous avez le DEVOIR de le "supporter" jusqu'à sa majorité au moins.

3.

On ne devient pas violent comme on change de chaussures. Si votre enfant en est à ce stade, c'est qu'il y a une RAISON. Alors ne vous braquez pas, ne croyez pas ceux qui vous disent qu'il est irrécupérable. Il est certes difficile de discuter avec quelqu'un qui ne veut pas parler.
Écrivez lui une lettre et glissez la dans un endroit où vous êtes sûr qu'il la trouvera. N'entrez pas dans sa chambre, vous risqueriez de vous faire traiter d'espion, d'enquiquineur... et autres termes moins gracieux. Ou alors, passez-la sous la porte et attendez qu'il la trouve. Ne le pressez pas pour savoir si il l'a lue.

4.

Tentez d'ouvrir le dialogue, dites lui que vous l'aimez que vous êtes là pour lui et qu'il peut tout vous dire. Votre ado est trop fier pour le dire, mais il a besoin de vous, besoin de savoir que vous ne le laisserez pas tomber. Alors sans non plus être trop insistant, soyez présent.
Proposez-lui éventuellement de rencontrer un spécialiste, tout en lui disant bien que psy ne veut pas dire fou mais qu'il s'agit juste pour lui de parler à une personne qui ne le jugera pas. Il y a des chances pour qu'il refuse mais tant qu'il saura que vous lui gardez la porte de votre cœur grande ouverte, ça suffira pour retrouver un semblant de communication.

Chercher un article sur Comment fait-on