Comment introduire des thèmes graves dans un roman fantasy jeunesse?

Rares sont les ouvrages de fantasy à parler de dépression et de thèmes du même genre comme l'addiction à l'alcool ou à la drogue... Pourtant, ça peut être "pas mal" d'en parler, ne serait-ce que pour que le lecteur s'identifie aux personnages.

Étapes de réalisation

1.

Le principe même de la fantasy, on est bien d'accord, c'est de faire rêver. Pour autant, les personnages, généralement des ados, doivent grandir en même temps que les lecteurs et rencontrer des problèmes de "leur âge". Le gros problème est que beaucoup d'auteurs ont envie d'en parler, mais peu osent se mouiller, de peur d'être censurés ou d'être catalogués "auteur suicidaire et dépressif". On peut parler de thèmes graves dans la fantasy jeunesse, le tout est de savoir formuler les choses.

2.

Certains thèmes, comme le viol, l'inceste ou la maltraitance, paraissent tabous. Pourtant, quand on connaît le nombre d'adolescents qui subissent ce genre de sévices mais n'osent pas en parler, il paraît très important d'écrire sur le sujet.
Pour autant, doit-on se montrer cru et voyeur ? Non. Ces thèmes sont trop sinistres pour être abordés avec légèreté. Sans tomber dans la guimauve ni faire un breakdown au bout de deux pages, il faut que le lecteur, horrifié, choqué et marqué, ait tout de même la sensation que les choses peuvent s'arranger et que même si on ne peut jamais retourner dans le passé, il y a toujours moyen de rendre le futur plus lumineux.

3.

Les plus forts ne sont pas nécessairement ceux qui éviteront les pires ennuis.
Un visage fermé, une attitude taciturne... pourquoi ne serait-ce pas dû justement à quelque chose de douloureux ? Ou au contraire, une personne tout le temps souriante et rayonnante, ne chercherait-elle pas à cacher une plaie encore ouverte ?
Les clichés doivent donc être évités et rappelez-vous qu'une personne souffrant de dépression ou ayant subi des sévices n'en parle généralement pas ouvertement au premier venu. Il faut que le lecteur se demande de quoi il s'agit tout en ayant en tête l'idée que ça doit être quelque chose de grave. Et lorsque votre personnage en parle avec les autres, il faut qu'on le sente sur la réserve, comme si, paradoxalement, il avait à la fois besoin d'en parler tout en en souffrant beaucoup.
Et rappelez-vous : toujours une petite lueur au bout du tunnel.

Sur le même thème

Rédacteur06

Comment épater sa petite-amie avec une coupe de champagne et un pépin de raisin ?

Lorsqu’on est amoureux, on est prêt à tout pour épater sa bien-aimée. Montrez-lui que vous avez des dons incroyables de magicien en faisant monter et descendre un pépin de raisin dans une coupe de champagne.

Somb'

Comment dessiner un dragon ?

Les dragons sont l'une des figures mythologiques les plus universelles. On les retrouve dans toutes les pratiques créatives et il existe énormément de types différents de dragons selon son créateur. Ici, je vais expliquer comment dessiner de façon

Somb'

Comment dessiner un cheval ?

Le cheval est l'un des animaux le plus représenté, que ce soit en sculpture, peinture ou dessin. Cet animal peut prendre de nombreuses poses très esthétiques, être accompagné d'un cavalier, faire partie d'un troupeau et peut se colorer d'une multitu

Chercher un article sur Comment fait-on