Comment utiliser le compagnonnage végétal pour repousser les plantes nuisibles ?

Comment utiliser le compagnonnage végétal pour repousser les plantes nuisibles ?

Organiser son compagnonnage végétal

Le compagnonnage des plantes est la pratique qui consiste à placer certaines plantes ensemble afin qu’elles bénéficient mutuellement de leur proximité. L’un des principaux avantages du compagnonnage est de repousser les plantes nuisibles. Cette solution permet également de lutter contre les ravageurs et d’éviter ainsi l’emploi de produits chimiques. En utilisant le compagnonnage des plantes vous parviendrez donc à dissuader ces ravageurs tout en conservant les avantages offerts par les insectes bénéfiques.

Quelles sont les fournitures nécessaires ?

  • Plantes compagnes
  • Insectes bénéfiques

Étapes de réalisation

1.

Le compagnonnage des plantes est un élément important dans le cadre d’une lutte antiparasite. Il a été utilisé, depuis les débuts de l’agriculture, pour protéger certaines espèces de plantes et leur permettre de croître ensemble.

Beaucoup de plantes contiennent certaines substances chimiques dans leurs racines, feuilles ou fleurs qui sont censés repousser naturellement les insectes nuisibles.

2.

Renseignez-vous sur certaines plantes compagnes communes :

le carvi - attire les guêpes parasites,
les népétas - dissuadent les scarabées japonais,
les altises et pucerons - empêchent l’apparition de tunnels brun-rouille sur les carottes,
les trèfles - protègent les pommiers des pucerons lanigères,
les dahlias - éloignent les nématodes,
l’ail - repousse les pucerons du rosier,
le géranium - dissuade les vers,
la lavande - dissuade les puces et les hétérocères,
les tagètes - repoussent la plupart des insectes,
les belles de nuit - attirent les syrphes.

3.

Choisissez des plantes compagnes qui parviennent à remplir la double mission de dissuader les punaises prédatrices et d’attirer celles qui sont bénéfiques telles que l’anis.

En effet, l’anis repousse les pucerons et attire aussi les guêpes qui se nourrissent de pucerons et de leurs larves.

À titre d’exemple, le basilic repousse les moustiques, les mouches et les thrips. D’autres avantages : le basilic profite à la croissance des tomates.

De même, vous pouvez contrôler les populations de pucerons en attirant les aphidius. Pour ce faire, il suffit de planter des tournesols ou des lupins à proximité des plantes à traiter.

4.

Les cultures intercalaires mixtes sont une autre forme de compagnonnage où les plantes sont cultivées en rangées. Ce modèle de culture consiste à semer simultanément plusieurs cultures (plantes et légumes).

Astuces et mises en garde

Astuce(s) :

Le compagnonnage des plantes est un moyen écologique qui les protège des parasites et attire également les insectes bénéfiques.

Faites un peu de recherche pour connaître les insectes par rapport auxquels vos cultures peuvent être vulnérables. Cela vous aidera à choisir les meilleures plantes compagnes pour répondre à vos besoins spécifiques.

Commentaires

Soyez le premier à commenter ! 

Chercher un article sur Comment fait-on