Cultiver le figuier de Barbarie

Cultiver le figuier de Barbarie

Le figuier de barbarie au verger

Le figuier de Barbarie est un cactus qui se cultive pour ses fruits délicieux, mais aussi pour réaliser une belle haie défensive. Il est riche en sucre, fibres, potassium, fer et vitamine C. Il ne demande pratiquement pas d'entretien. On l'appelle aussi oponce, cactus « oreilles de Mickey », figuier d'Inde, nopal, poire cactus ou, pour les latinistes, Opuntia ficus-indica.

Quelles sont les fournitures nécessaires ?

  • Famille des Cactacées
  • Cactus
  • Arbuste fruitier
  • Climat océanique, méditerranéen
  • Feuilles vert pâle
  • Fleurs jaunes, orange, rouges
  • Végétation : vivace
  • Feuillage caduc
  • Hauteur à maturité : 2 à 5 m
  • Entretien facile
  • Besoin en eau faible
  • Croissance normale
  • Multiplication par semis ou bouturage
  • Résistance au froid (rusticité) : fragile
  • Exposition : soleil
  • Utilisation : balcon ou terrasse, serre et véranda, verger, massif ou bordure, rocaille
  • Plantation : pleine terre, bac, pot ou jardinière
  • Type de sol : caillouteux
  • PH du sol : neutre
  • Humidité du sol : sol drainé
  • Période de plantation ou de semis : avril-mai
  • Période de floraison : mai-juin
  • Période de récolte : juillet, août, septembre

Étapes de réalisation

1. Présentation du figuier de Barbarie

Le figuier de Barbarie fait partie de la famille des Cactacées. Il est originaire du Mexique et a été naturalisé en Méditerranée. Ce cactus mesure de 2 à 5 m de haut. Il possède des segments plats en forme de raquette, et une armée puissante d'épines très acérées. Ses raquettes plates sont jeunes et s'épaississent quand elles vieillissent. Au printemps, le figuier de Barbarie donne des fleurs jaune vif. Elles cèdent ensuite leur place à des fruits ovoïdes rose-orangé et garnis de petits piquants qu'il est préférable de retirer en les brossant avant de les préparer.

En cuisine, la figue de Barbarie se déguste crue, cuite en confiture, en pâte de fruits. Fermentée, elle donne de la tequila. Elle est riche en sucre, en fibres, en potassium, magnésium, fer, cuivre et contient de la vitamine C.

À savoir : on cultive certaines variétés de figuiers de Barbarie pour élever des chenilles dont on extrait le carmin pour colorer la peinture, les tissus, fabriquer des rouges à lèvre, bonbons, sauce pizza, etc. Son colorant rouge et alimentaire est utilisé depuis plus de 2 000 ans.

2. Espèces et variétés de figuiers de Barbarie

Voici notre sélection parmi les plus cultivés :

• 'Albiter' (Opuntia ficus-indica)
Gros fruits rouges.
Tardive

• 'Mexican' (Opuntia ficus-indica)
Gros fruits vert pâle.
Précoce
Fruits qui éclatent à maturité.

• 'Morado Corfu' (Opuntia ficus-indica)
Fruit vert clair.
Précoce
Variété productive.

'Muscatel' (Opuntia ficus-indica)
Gros fruits vert clair.
Mi-tardive.

3. Un peu d'histoire...

Un peu d'histoire...

Originaire du Mexique, le figuier de Barbarie figure sur les armoiries du drapeau mexicain. Avant la découverte de l'Amérique par Christophe Colomb, cette plante était inconnue. Cependant, elle fut décrite pour la première fois par l'Espagnol Gonzalo Fernández de Oviedo y Valdés dans son Histoire des Indes occidentales en 1535. Le figuier de Barbarie se répandit rapidement dans le Bassin méditerranéen au point de devenir une caractéristique du paysage. Néanmoins, dans d'autres pays comme l'Inde, Madagascar ou le Sri Lanka, le figuier de Barbarie fut invasif et seuls les cochenilles et le papillon Cactoblastis cactorum surent en venir à bout.

4. Où planter le figuier de Barbarie ?

Le figuier de Barbarie préfère les régions à climats doux. Dans les autres régions, on le cultivera en pot pour pouvoir l'hiverner. Il endure difficilement des températures en dessous de 0 °C, à moins que celles-ci ne soient de très courte durée. Il préfère une exposition en plein soleil, très chaude et abritée des vents. Il apprécie un sol profond, bien drainé, voire caillouteux ou salé.
Cet arbuste fruitier et ornemental trouve sa place dans le verger, au jardin d'agrément et pour orner les balcons, terrasses ou vérandas.

5. Quand et comment planter le figuier de Barbarie ?

La plantation s'effectue au printemps, voire en automne pour les régions très chaudes :
• Installez-le sur petite butte pour aider à l'écoulement des eaux.
• Creusez un trou de 40 cm de profondeur.
• Mettez des gravillons au fond du trou.
• Manipulez la plante avec précaution et munissez-vous de gants épais pour vous protéger des épines.
• Placez la plante dans le trou et tassez autour du collet.
• Maintenez les raquettes avec des tuteurs, le temps de l'enracinement.
Il est conseillé de n'arroser qu'une quinzaine de jours après la plantation, afin que les racines cicatrisent.
Prévoyez un espacement de 150 cm à 200 cm entre chaque plant.

► Culture en pot :
• Prévoyez un substrat sableux.
• Installez-le au soleil.
• N'arrosez pas.
À savoir : le figuier de Barbarie donne rarement des fruits quand il est cultivé en pot.

6. Culture et entretien du figuier de Barbarie

Le figuier de Barbarie demande peu d'entretien. Quelques gestes peuvent contribuer à le maintenir en bonne santé :
• Arrosez copieusement, une fois par semaine, quand il fait très chaud.
• N'arrosez pas pendant l'automne.
• Éliminez les mauvaises herbes
Il n'est pas nécessaire de fertiliser en pleine terre. En revanche, en pot, prévoyez un apport mensuel d'engrais liquide « cactées ». Le rempotage se réalise au printemps. Hivernez dans un local à une température de 10 °C environ (serre ou véranda).

7. Tailler le figuier de Barbarie

Tailler le figuier de Barbarie

Le figuier de Barbarie ne demande pas de taille. Simplement, coupez les vieilles raquettes sèches.

8. Multiplication du figuier de Barbarie

La méthode de multiplication est le bouturage ou le semis.

► Bouturage
• Au printemps, bouturez les jeunes raquettes dans un mélange de sable et de tourbe, maintenu un peu humide.
• Les raquettes doivent être âgées de 2 ans minimum
• Laissez-les sécher pendant 15 jours avant de les bouturer.

► Semis
Les semis se réalisent en février- mars, à la maison et en terrine. La levée a lieu environ un mois après.

9. Récolte et conservation

► Récolte
La récolte a lieu généralement de juillet à septembre :
• Prélevez les fruits quand ils sont bien colorés et à pleine maturité.
• Éliminez les épines.
Attention ! Manipulez avec précaution le figuier de Barbarie, car il a des épines redoutables et acérées. Elles se cassent aisément et restent dans la peau. Prévoyez de porter des gants très épais lors de la récolte des fruits.

► Conservation de la figue de Barbarie
La figue de Barbarie peut se conserver 2 ou 3 jours au réfrigérateur.

10. Maladies, nuisibles et parasites

Le figuier de Barbarie redoute particulièrement les cochenilles farineuses. Éliminez-les manuellement.

Astuces et mises en garde

Astuce(s) :

Pour lutter contre les cochenilles, pulvérisez de l'huile de colza pour les étouffer. Vous pouvez également utiliser une macération de feuilles de tabac efficace contre tous les nuisibles :

• Mélangez 50 g de tabac dans un litre d'eau.

• Laissez macérer 15 jours.

• Filtrez.

• Diluez la macération à raison d'un litre pour dix litres d'eau.

Commentaires

Soyez le premier à commenter ! 

Sur le même thème

Sabine la jardinière

Planter ses potimarrons

Le potimarron est un légume très familier de l'approche des grands froids. Facile à cultiver, il se déguste cuit à la vapeur, en potage ou en dessert. En outre, le potimarron est riche en vitamine B et C et en provitamines A.

Sabine la jardinière

Planter le salsifis

Le salsifis ne se cultive pratiquement plus de nos jours. Pourtant, il est facile à cultiver et possède des qualités gustatives. Il est aussi riche en vitamines, en sels minéraux et en fibres. Voici quelques informations pour planter et cultiver le sa

Sabine la jardinière

Cultiver la salicorne

Très savoureuse, la salicorne est un légume riche en sels minéraux, en iode, en fer, en magnésium et en calcium. Elle contient aussi des fibres et de la vitamine B12. De plus, la salicorne ne demande pratiquement pas d'entretien.

Chercher un article sur Comment fait-on