Cultiver le potiron

Cultiver le potiron

Des potirons au potager

Très utilisé pour les décorations d’Halloween, le potiron (Cucurbita maxima) se sème en mai pour une récolte à l’automne. Il est exigeant en eau et en chaleur, et chaque geste est important pour assurer une belle récolte.

Quelles sont les fournitures nécessaires ?

  • Nom latin : Cucurbita maxima
  • Famille des Cucurbitacées
  • Plante comestible
  • Légume
  • Climat océanique, semi-océanique, continental, méditerranéen
  • Feuilles vert foncé
  • Fleurs jaunes
  • Végétation : annuelle
  • Feuillage caduc
  • Hauteur à maturité : 0,30 à 0,45 m
  • Entretien modéré
  • Besoin en eau important
  • Croissance normale
  • Multiplication par semis
  • Résistance au froid (rusticité) : fragile
  • Exposition : soleil
  • Utilisation : potager
  • Plantation : pleine terre
  • Type de sol : humus, terreau
  • PH du sol : neutre
  • Humidité du sol : sol drainé
  • Période de plantation ou de semis : mars, avril, mai
  • Période de floraison : juin à septembre
  • Période de récolte : septembre-octobre
  • Période de taille : mai à août

Étapes de réalisation

1. Présentation du potiron

Présentation du potiron

Le potiron fait partie de la famille des Cucurbitacées. Ce légume fruit annuel très rampant, possède des tiges rugueuses munies de vrilles. Ses feuilles de 15 à 30 cm de long sont arrondies et découpées. Ses fleurs jaunes fleurissent durant tout l’été. Les fruits ont différentes formes (sphériques ou allongées) et couleurs (blancs, jaune, orange, rouge, vert, etc.) selon les variétés.

En cuisine, on peut faire de nombreuses préparations culinaires avec le potiron : cuit en potage avec du lait ou de la crème, à la vapeur. Il accompagne bien les volailles, le boudin et les abats. On peut aussi le déguster en confiture, en gratin ou en dessert.

Enfin, le potiron possède de nombreuses vertus, il est riche en vitamine B et C et en provitamines A. Il contient également du magnésium, du calcium et du fer.

2. Variétés de potiron

Il existe de nombreuses variétés de potiron, voici notre sélection :

• 'Spirit' F1
Peau orange.
Fruits ronds de 4 à 6 kg.
Plante non coureuse.
Prend peu de place.
Chair jaune.

• 'Big Moon' F1
Fruit orange vif de 7 à 9 kg.
Semi-buissonnante.
Variété traditionnelle.
Chair épaisse.

• 'Blue Ballet'
Fruit à peau bleue de 2 à 3 kg.
Plante coureuse.
Chair orange foncée.
Bonne conservation.

• 'Jaune gros de Paris'
Fruit de belle taille ivoire rosé de 30 à 50 kg.
Plante coureuse.
Chair épaisse et sucrée.

• 'Rouge vif d’Étampes'
Fruits orangé presque rouge, aplatis et bosselés, 20 kg environ.
Plante coureuse.
Hâtive.
Bonne conservation.

• 'Alençon'
Fruit allongé, rouge orange de 4 à 8 kg.
Plante coureuse.
Goût noisette fraîche.
Chair jaune-orangé.

• 'Doux vert d’Hokkaido'
Fruits ronds et vert de 1 à 4 kg.
Plante coureuse.
Chair orange foncé, sucrée.

• 'Galeux d’Eysines'
Fruits orange-rose de 3 à 5 kg parsemés d’excroissances blanches.
Plante coureuse.
Chair orange sucrée.

• 'Giraumon Turban'
Fruits de 5 à 6 kg formant une double sphère bariolés de rouge, orange et vert.
Plante coureuse.
Chair orange sucrée et farineuse.

• 'Atlantic Giant'
Fruits orange géants pouvant atteindre 200 kg (à condition de ne laisser qu’un fruit par pied).
Chair orange.
Record du monde avec un poids de 766 kg.

3. Un peu d’histoire…

Un peu d’histoire…

Originaire d’Amérique du Sud, le potiron est cultivé dans tous les pays chauds et tempérés. Il fut introduit en Europe ainsi qu’en Chine par les Portugais au XVIe siècle, comme toutes les courges, souvent confondues entre elles. Ce n’est en effet qu’en 1860 que Charles Naudin fit la distinction entre les différentes espèces de courges.

La tradition de la citrouille d’Halloween vient des Irlandais ayant massivement émigré aux États-Unis suite à la grande famine qui frappa l’Irlande entre 1845 et 1851. Les Irlandais avaient pour coutume de confectionner des lanternes à forme humaine en creusant de gros navets. Les potirons étant plus simples à sculpter, ils prirent la place des navets.

4. Où planter le potiron ?

• Le potiron ne supporte pas les températures négatives. Il préfère une exposition ensoleillée et en pleine chaleur.
• Il aime un sol humifère (riche en humus), profond, riche, frais et bien drainé.
• Au potager, il apprécie la compagnie des haricots à rame, de la laitue et du maïs qui lui apportent un peu d’ombre légère et de la fraîcheur durant l’été.
• Trop vigoureux pour être cultivé en pot, il est préférable de cultiver les potirons en pleine terre.

5. Quand et comment le planter ?

► Semez en place en mai :

• Le potiron a besoin d’un sol riche, prévoyez un apport de compost mûr lors de la plantation.
• Espacez les potirons de 1,50 à 2 m en tous sens.
• Semez en poquet à raison de 3 à 5 graines.
• Recouvrez les graines de 3 cm de terre affinée.
• Arrosez généreusement.


► Ou semez sous abri chauffé (18 à 20 °C) en godets en mars-avril :

• Remplissez vos godets avec du terreau spécial semis et tassez.
• Enfoncez 3 à 4 graines par godets à 1 cm de profondeur.
• Recouvrez les graines et tassez.
• Arrosez en pluie fine et veillez à maintenir le terreau humide.
• Une fois la levée faite, conservez la pousse la plus vigoureuse de chaque godet.
• Repiquez en pleine terre en mai.

6. Culture et entretien du potiron

► Arrosage

Le potiron est gourmand en eau, surtout par temps sec :
• Prévoyez 2 arrosages hebdomadaires en début de culture.
• Maintenez le sol humide sans le laisser sécher entre 2 arrosages une fois l’été installé.
• Stoppez les apports d’eau une dizaine de jours avant de récolter.


► Marcottage

Le marcottage des tiges permet d’améliorer l’alimentation des fruits et donc de les rendre plus gros.
• Enterrez quelques tiges principales au niveau d’un pétiole (partie rétrécie située à la base de la feuille, qui lui sert de support et l’unit à la tige).
• Des racines vont apparaître au niveau de ces parties enterrées.


► Entretien courant

• Désherbez régulièrement.
• Paillez en été avec du fumier décomposé.
• Protégez les fruits du sol pour éviter la pourriture en les plaçant sur une petite planche en bois ou une tuile.
Attention : prenez garde de ne pas mouiller le feuillage lorsque vous arrosez, afin de prévenir l’oïdium.

7. Taille du potiron

Les tiges doivent être pincées afin d’obtenir des plants plus compacts, donc moins envahissants, et de favoriser la fructification.
Cette opération s’effectue ainsi :
• Dès l’apparition des deux premières feuilles, pincez au-dessus de ces feuilles.
• Lorsque les tiges possèdent 5 feuilles, pincez au-dessus de la cinquième feuille.
• Une fois les fruits développés, pincez au-dessus de la deuxième feuille située après le dernier fruit que vous souhaitez conserver.


Le nombre de fruits à conserver par pied dépend de la grosseur souhaitée :
• 1 très gros ;
• 2 ou 3 moyens ;
• 5 ou 6 petits.

8. Multiplication du potiron

Comme indiqué plus haut, le potiron se multiplie par semis. Il est possible de récupérer des graines directement issues des potirons récoltés :
• Épluchez votre potiron et récupérez les graines en éliminant les filaments et les restes de chair.
• Lavez et essuyez les graines.
• Laissez-les sécher à plat durant 24 h.
• Conservez-les dans une enveloppe.

9. Récolte et conservation

Récolte et conservation

► Récolte du potiron

Environ 3 à 4 mois après le semis, dès que les fruits sont à pleine maturité et bien formés, il est temps de les récolter. Un autre signe : le feuillage et les tiges commencent alors à se dessécher.


► Conservation du potiron

Le potiron se conserve dans un endroit sec et aéré et de préférence avec leur pédoncule pour une meilleure conservation. Ils se conservent plusieurs mois.

10. Maladies, nuisibles et parasites

Le potiron craint l’oïdium, les pucerons et l’anthracnose :


► L’oïdium ou maladie du blanc

Un feutrage blanc grisâtre recouvre les feuilles et l’extrémité des tiges. Cette maladie survient le plus souvent l’été. Prévenez son apparition en évitant de mouiller le feuillage. Aux premiers symptômes, supprimez les parties atteintes et pulvérisez la plante de soufre. Une décoction de prêle est également efficace.


► Les pucerons

Ils envahissent la plante en colonie et sucent la sève. Une douche avec de l’eau froide fera fuir les pucerons qui détestent cela.
Le purin de consoude est également efficace.


► L’anthracnose

Des taches noires apparaissent et provoquent des nécroses sur les tissus des fruits et des tubercules. Le cuivre assure une bonne protection contre cette maladie.

Astuces et mises en garde

Astuce(s) :

Contre l’oïdium, le lait peut être un allié efficace. Il possède en effet des vertus antifongiques : mélangez ½ litre de lait dans 4,5 litres d’eau et pulvérisez 1 fois par semaine sur vos plantes infectées. Vous pouvez également l’utiliser en prévention.

Contre les pucerons, vous pouvez également utiliser un purin d’ail :

• Portez un litre d’eau à ébullition puis retirez du feu.

• Incorporez 100 g d’ail épluché et haché.

• Couvrez et laissez refroidir.

• Filtrez et diluez la solution à raison de 1 volume de solution pour 5 litres d’eau.

• Pulvérisez sur les feuilles sans oublier le dessous.

• Renouvelez la pulvérisation au bout d’une semaine.

Commentaires

Soyez le premier à commenter ! 

Sur le même thème

Sabine la jardinière

Planter ses potimarrons

Le potimarron est un légume très familier de l'approche des grands froids. Facile à cultiver, il se déguste cuit à la vapeur, en potage ou en dessert. En outre, le potimarron est riche en vitamine B et C et en provitamines A.

Sabine la jardinière

Planter le salsifis

Le salsifis ne se cultive pratiquement plus de nos jours. Pourtant, il est facile à cultiver et possède des qualités gustatives. Il est aussi riche en vitamines, en sels minéraux et en fibres. Voici quelques informations pour planter et cultiver le sa

Sabine la jardinière

Cultiver la salicorne

Très savoureuse, la salicorne est un légume riche en sels minéraux, en iode, en fer, en magnésium et en calcium. Elle contient aussi des fibres et de la vitamine B12. De plus, la salicorne ne demande pratiquement pas d'entretien.

Chercher un article sur Comment fait-on