Connaitre le porc

 

par Gadounette |

     
Connaitre le porc

Découvrir le cochon

Dans le cochon, tout est bon, mais c’est aussi un animal domestique très agréable, facile à nourrir et à élever. C’est un omnivore de nature très prolifique.

Étapes de réalisation

1. Le caractère du cochon

Le cochon est un petit animal intelligent, agréable à vivre et curieux de nature. Il aime vivre avec ses congénères. Contrairement à ce que l’on peut penser, il est propre et il apprécie un endroit sec pour se reposer et dormir, et un autre pour faire ses besoins. Il adore passer son temps à fouiller le sol à la recherche de nourriture. Bien entendu, il est plus heureux à l’air libre qu’en situation d’élevage intensif.

2. L’élevage de cochon ou de porc

On distingue, deux sortes d’élevage : l’élevage intensif et l’élevage en plein air.


► Élevage intensif

Le bien-être du cochon est bafoué, place à la production.

Les cochons vivent dans des conditions très difficiles, sans paille mais sur du béton nu ou sur caillebotis.

On ne tient pas compte de la souffrance des porcelets quand on leur meule les dents, leur coupe la queue à vif, ou quand on les castre.

Quant aux malheureuses truies, elles sont élevées pour produire intensivement des petits dans des cases de gestation beaucoup trop petites et inconfortables où elles peuvent difficilement se retourner. Ces cases de gestation, contrairement à d’autres pays, ne sont toujours pas interdites en France. Les truies se blessent, s’automutilent, mâchonnent les barreaux de la cage et développent des graves troubles du comportement.


► Élevage en plein air

Très peu d’éleveurs se sont lancés dans l’élevage de plein air qui prend en compte le confort du cochon et son comportement naturel.

Les cochons ont droit à des abris spacieux, paillés tandis que l’espace plein air leur permet d’aller fouiller le sol pour chercher leur nourriture.

Les truies peuvent s’occuper tranquillement de leurs porcelets jusqu'à 6 à 8 semaines, contrairement à l’élevage intensif où les petits sont séparés beaucoup plus tôt de leur mère.

3. Les races de porc

On distingue différentes races de porc qui sont élevées dans l’hexagone.


Les plus courantes sont :

Le Landrace : sa robe est claire et peu poilue. Ce cochon possède des oreilles très fines et tombantes avec un corps allongé. Cette race très répandue possède d’excellentes qualités maternelles.

Le Large Whiste : contrairement au Landrace, il a des oreilles dressées et un corps moins allongé. Les autres caractéristiques sont similaires.

Le Duroc est un porc robuste aux membres puissants et au corps allongé. Sa robe est de couleur rousse brune et ses oreilles sont tombantes.

Le Piétrain a la particularité d’avoir une robe tachetée de noir. Il est musclé et ses oreilles sont tombantes. Il est plus particulièrement utilisé pour sa viande.


► Nos races locales

Le porc Gascon, très vigoureux, a une robe noire et poilue. Il possède une tête longue, fine se terminant légèrement en pointe. Ses oreilles sont minces.

Le porc blanc de l’ouest est de couleur claire et de grande taille. Ses oreilles sont tombantes.

Le porc de Bayeux est aussi grand avec les oreilles tombantes. Son corps est de couleur claire et tacheté de noir.

Le cul noir Limousin : c’est un porc de taille moyenne et aux oreilles à moitié dressées. Son corps est costaud et de couleur bicolore (claire et noire) avec des parties noires sur la tête, la croupe ou les pattes arrière.

Le porc Nustrale issu de Corse est de petite taille avec des oreilles à moitié tombantes. Il est généralement de couleur sombre.

4. Et le cochon nain

Le cochon nain, nommé également cochon vietnamien ou chinois, peut être accueilli en famille et à la maison.

Il est plus petit que les cochons d’élevage et/ou de ferme. Il pèse entre 40 à 60 kg tandis que le cochon de ferme peut peser jusqu’à 300 kg pour les beaux spécimens. Il vit environ 15 ans.


Bien éduqué, le cochon nain, est propre et peut faire ses besoins à l’extérieur ou dans une grande caisse prévue à cet effet. Il ne sent pas mauvais excepté pour le mâle entier qui peut dégager une odeur.

5. Les maladies du cochon

Comme les autres animaux, les cochons peuvent contracter des maladies plus ou moins graves voire mortelles, en voici quelques-unes :

- La gale, maladie de peau courante et bénigne qui se transmet à l’homme (zoonose). Le cochon se gratte, sa peau est rouge avec des grosses pellicules.

- Le rouget : maladie infectieuse de la peau. Elle se caractérise par une éruption cutanée, de la fièvre. Elle est mortelle si elle n’est pas soignée très rapidement. Généralement, les cochons doivent être vaccinés contre cette maladie. C’est aussi une zoonose que l’on considère comme une maladie professionnelle pour l’homme qui travaille dans l’élevage de cochon.

- La rhinite atrophique : infection respiratoire. Il existe un vaccin contre cette maladie.

- Les ulcères très fréquents chez le cochon qui manque de fibres dans sa nourriture.

Commentaires

Soyez le premier à commenter ! 

Sur le même thème

Gadounette

Comment sont transportés les animaux

Beaucoup d’animaux (chevaux, cochons, vaches, moutons….) destinés ou non à l’abattoir souffrent des mauvaises conditions de transport. Cette situation est propice à la propagation de maladies.

Gadounette

Tout savoir sur la poule orpington

La poule orpington est idéale pour ceux qui démarrent un élevage de poules car elle est polyvalente : c’est une bonne pondeuse, une bonne couveuse, une bonne mère et sa chair est très goûteuse.

Gadounette

Comment lutter contre le stress de ses poules

Pour avoir de bons œufs et rester en bonne santé, vos poules ne doivent pas être stressées. Les sources de stress peuvent être multiples et nuisent au bien-être de la poule. Qui dit poules stressées dit moins de production d’œufs, poules agressi

Chercher un article sur Comment fait-on