Comment assurer la reproduction de l'oie

 

par Gadounette |

     
Comment assurer la reproduction de l'oie

La reproduction des oies

Vous vivez à la campagne et vous avez la chance d’avoir de la place pour faire de l’élevage ou de la reproduction d'oies. Comme pour la reproduction des autres volailles, il est important d'avoir quelques notions pour ne pas faire n'importe quoi. Voici quelques conseils pour la reproduction des oies.

Étapes de réalisation

1. La reproduction

► L'accouplement

Pour la reproduction, il nous faut un mâle et une femelle.

Pour les oies, on a besoin d’un jars (le mâle) pour :

- trois femelles de race lourde ;
- cinq femelles de race légère.

Le jars est polygame. Son harem se nomme un jeu. Si vous n’avez pas beaucoup de place, un couple d’oies fera l’affaire.

La reproduction peut débuter à l’âge d’un an pour le mâle et la femelle. C’est à partir de cet âge- là que la femelle pond des œufs.

La période d’accouplement se situe entre décembre et janvier.


► La ponte

La ponte débute en février-mars. La femelle pond un œuf quotidiennement durant environ quinze jours. Puis, elle renouvelle la ponte un mois plus tard. Ce qui fait qu’elle pond en totalité 30 à 40 œufs. Dans ce lot, environ 40 à 50 % des œufs n’arrivent pas à l’éclosion.

Généralement, les œufs pèsent entre 100 et 120 g.

2. La couvaison et l’incubation

L’oie préfère pondre tôt le matin. Si votre oie est bonne couveuse, vous pouvez lui laisser ses œufs, qu’elle va couver dès la fin de la ponte. Dans le cas contraire, il est préférable de confier ceux-ci à une autre couveuse comme une poule couveuse ou à une dinde par exemple.


Pour l’incubation artificielle, il est important de placer les œufs directement dans l’incubateur où à une température de 18 à 22°C dans un local pas trop sec, car c’est à partir de la deuxième semaines que les germes fécondés peuvent mourir.


L’incubation dure de 28 à 30 jours.

3. Les oisons

Les petits de l’oie s’appellent des oisons. Une fois qu’ils sont sortis de l’œuf, il faut les installer dans une caisse bien garnie de paille et au chaud. Quand ils naissent, ils possèdent du duvet de couleur jaunâtre et gris.


Il faut laisser les oisons jeûner pendant 24 heures. Puis, vous pourrez les nourrir, environ toutes les trois heures, avec une pâtée humidifiée avec du lait ou de l’eau composée de pain émietté, de farine d’avoine, de blé, de maïs ou d’orge. Prévoyez une quantité suffisante pour que les petits s’alimentent correctement.


Comme pour les petits des autres volailles, les oisons ne doivent pas sortir le premier mois car ils sont sujets à l’humidité.

Une fois le mois passé, et si le temps le permet, les oisons peuvent sortir goûter l’herbe tendre. A ce moment-là, ils sont un peu plus robustes et peuvent se déplacer sans leur mère.


Les oisons sont aussi voraces que leur mère. Il faut donc veiller à ce que ces derniers ne s’étouffent pas avec des graviers. Vous pouvez commencer à les alimenter avec de la nourriture spécifique 1er âge spécial oisons que vous trouverez dans des magasins spécialisés.

4. Les maladies des oisons

Ci-dessous, les principales maladies pouvant affecter les oisons :

- l’aspergillose : l’oison à des problèmes respiratoires. Il est fatigué et déprimé. Il peut avoir la diarrhée. La maladie est souvent mortelle.

- le choléra aviaire : les oies y sont très sujettes et la maladie est mortelle.

- les coccidioses : les oisons sont prostrés et faibles, leurs ailes sont pendantes, les yeux sont tristes et les oisons ont la diarrhée. La forme aiguë de cette maladie est souvent mortelle.

- la maladie de Derszi : elle est mortelle pour les jeunes oisons. C’est aussi une maladie contagieuse. Les symptômes sont anorexie, prostration et diarrhée blanchâtre.


Pour éviter toute propagation de maladie, il est indispensable d’avoir des litières, des mangeoires, des abreuvoirs propres et nettoyés régulièrement. Il en est de même pour les incubateurs et les équipements.

Commentaires

Soyez le premier à commenter ! 

Sur le même thème

Gadounette

Comment sont transportés les animaux

Beaucoup d’animaux (chevaux, cochons, vaches, moutons….) destinés ou non à l’abattoir souffrent des mauvaises conditions de transport. Cette situation est propice à la propagation de maladies.

Gadounette

Tout savoir sur la poule orpington

La poule orpington est idéale pour ceux qui démarrent un élevage de poules car elle est polyvalente : c’est une bonne pondeuse, une bonne couveuse, une bonne mère et sa chair est très goûteuse.

Gadounette

Comment lutter contre le stress de ses poules

Pour avoir de bons œufs et rester en bonne santé, vos poules ne doivent pas être stressées. Les sources de stress peuvent être multiples et nuisent au bien-être de la poule. Qui dit poules stressées dit moins de production d’œufs, poules agressi

Chercher un article sur Comment fait-on