Comment assurer la reproduction des faisans

 

par Gadounette |

     
Comment assurer la reproduction des faisans

La reproduction des faisans

Le faisan peut être élevé dans son milieu naturel ou en captivité. Sa reproduction sera différente et les risques de survie sont plus élevés s'il vit en totale liberté.

Étapes de réalisation

1. Comment vivent les faisans ?

Ce sont les conditions météorologiques et les saisons qui règlent la vie des faisans en pleine nature, sachant que le faisan est un oiseau diurne et crépusculaire.


Ses différents déplacements s’effectuent dès que le jour se lève pour rester un peu à couvert. Il se déplace sur environ un kilomètre, pour s’alimenter. Avant la nuit et avant de rejoindre son habitat pour dormir, il se nourrit une nouvelle fois.


Lors de la reproduction, son rythme d’activité change car les mâles se disputent et se battent pour obtenir les faveurs des femelles.

2. La reproduction des faisans

Le faisan est polygame. On compte un mâle pour cinq ou six femelles.

La reproduction démarre dès l’année de leur naissance. Les groupes composés du mâle et des femelles se réalisent au début du printemps.

La poule faisane pond en général une douzaine d’œufs en une vingtaine de jours. Son nid est placé au sol, il est garni de brindilles, d’herbes et de plumes. C’est donc un matelas bien douillet pour couver et pour y avoir ses petits.


On distingue trois types de reproduction : la reproduction en liberté, la reproduction en semi-liberté et la reproduction en captivité.

3. La reproduction en liberté et semi liberté

► La reproduction en liberté

Les risques sont beaucoup plus importants : plusieurs nids sont détruits ou laissés à l’abandon par la poule. Cela est dû aux diverses intempéries telles que les orages, le gel, les fortes pluies mais aussi à cause du travail de l’homme comme le travail au sol et les récoltes. Les prédateurs jouent également un grand rôle dans la perte des nids et des œufs.

Pour faire reproduire les faisans en liberté, il faut avoir un immense domaine composé d’une grande réserve située au calme où les poules pourront couver en toute liberté.

Pour éviter trop de pertes d’œufs, il est judicieux de les ramasser assez régulièrement, si c’est possible.


► La reproduction en semi-liberté

La reproduction en semi-liberté consiste à installer quelques abris que vous pourrez fermer pour pouvoir y nourrir les oiseaux. Cela permettra également de nourrir les petits, juste après leur éclosion.

4. La reproduction en captivité

La reproduction en captivité procure beaucoup plus d’œufs car on a un meilleur suivi. Elle peut avoir lieu en volière ou dans une faisanderie aménagée à cet effet. Après la reproduction, il est important d’isoler la femelle pour qu’elle couve tranquillement.

5. L’incubation

La durée d’incubation est de 24 jours.

Si la faisane ne couve pas ses œufs, il est plus judicieux de les confier à une poule couveuse (naine ou ordinaire), une dinde, ou à un incubateur artificiel.

Si la faisane est bonne couveuse, on remarque qu'elle ne quitte son nid qu’une fois par jour et peu de temps, juste avant la fin de la couvaison.


► Le mirage des œufs

Il faut savoir si les œufs sont fécondés. Cette opération, appelée « mirage des œufs », se réalise une semaine après la couvaison, puis juste avant l’éclosion (le 21e jour). Les œufs fertiles sont opaques, contrairement aux œufs non fécondés, qui sont de couleur plus claire.


► L’incubation artificielle

On installe les œufs fécondés dans un incubateur artificiel. Ces derniers doivent être retournés toutes les 6 heures les 21 premiers jours de l’incubation.

6. L’éclosion et les petits faisandeaux

L’éclosion a lieu généralement en mai-juin et peut se prolonger jusqu’en juillet-août.

Les petits faisandeaux sont nidifuges. C’est leur mère qui va s’en occuper et les réchauffer durant les premières semaines. Ils restent ensemble jusqu’à la fin de l’été, puis des groupes se réalisent avant les grands froids.

Il faut rester attentif aux conditions climatiques, surtout pour l’élevage en liberté, car les intempéries restent la cause de nombreuses morts chez les petits faisandeaux.

7. Les maladies des faisandeaux

Les principales maladies détectées chez les faisandeaux sont d’origine parasitaire et bactérienne.

- Les maladies parasitaires sont provoquées par des habitats mal entretenus ou mal désinfectés. La coccidiose, la capillariose et l'hétérakidose peuvent s’y développer rapidement.

- Les maladies bactériennes comme la turberculose, le choléra ou l’infection à staphylocoques sont aussi de la partie.

- On peut également rencontrer des maladies telles que l’aspergillose et le corysa qui touchent beaucoup de volailles mais aussi l’avitaminose, le cannibalisme…

8. Les prédateurs

Les faisans élevés en liberté sont menacés par de nombreux prédateurs qui recherchent des œufs pour se nourrir. C’est le cas du renard, des mustélidés, des rapaces, des pies, des hérissons, des chiens et des chats errants.

Commentaires

Soyez le premier à commenter ! 

Sur le même thème

Gadounette

Comment sont transportés les animaux

Beaucoup d’animaux (chevaux, cochons, vaches, moutons….) destinés ou non à l’abattoir souffrent des mauvaises conditions de transport. Cette situation est propice à la propagation de maladies.

Gadounette

Tout savoir sur la poule orpington

La poule orpington est idéale pour ceux qui démarrent un élevage de poules car elle est polyvalente : c’est une bonne pondeuse, une bonne couveuse, une bonne mère et sa chair est très goûteuse.

Gadounette

Comment lutter contre le stress de ses poules

Pour avoir de bons œufs et rester en bonne santé, vos poules ne doivent pas être stressées. Les sources de stress peuvent être multiples et nuisent au bien-être de la poule. Qui dit poules stressées dit moins de production d’œufs, poules agressi

Chercher un article sur Comment fait-on