Soigner la toux du cheval

 

par Gadounette |

     
Soigner la toux du cheval

L’essentiel sur la toux du cheval

Des pathologies respiratoires plus ou moins graves entraînent une toux chez le cheval. Sachez les détecter pour mieux les traiter.

Étapes de réalisation

1. La toux chez le cheval

Le cheval est un animal sensible sur le plan respiratoire. La toux peut être d’origine pulmonaire, asthmatique, allergique voire emphysémateuse.

Un cheval performant et en bonne santé doit avoir un système pulmonaire permettant d’assurer une très bonne oxygénation des tissus et de l’organisme. Si les muscles respiratoires ne se contractent pas correctement, cela réduit ses capacités, le cheval devra fournir des efforts plus intenses lors des séances de travail.

Différentes maladies respiratoires provoquent des toux plus ou moins violentes chez le cheval, c’est le cas de la grippe équine, de la gourme et de l’anémie infectieuse. Certaines sont même mortelles.

Diagnostiquer de manière précoce la cause de la toux du cheval, est donc primordial, sachant que certaines pathologies peuvent entraîner des complications du type diarrhées ou troubles nerveux. La toux peut même devenir chronique.

2. Comment se déclenche la toux du cheval ?

La toux peut survenir lors d’une réaction inflammatoire des muqueuses, par un excès de poussière inhalées dans le foin ou dans l’espace (comme la carrière ou le sable), par un virus ou des mycoses.

Les sécrétions des mucosités s’accroissent, deviennent plus visqueuses et ne s’évacuent pas convenablement quand il y a une inflammation. Pour éliminer les mucosités présentes pouvant le déranger, le cheval va tousser.

Comme pour nous, la toux sèche est douloureuse, fatigante et très irritante. Quant à la toux grasse, elle est moins dérangeante car elle permet d’expulser les sécrétions des bronches.

Certaines toux sont accompagnées d’un jetage nasal qu’il ne faut pas négliger surtout si celui-ci est purulent, ou épais, jaune ou vert. Un jetage blanc est beaucoup moins inquiétant.

Il faut donc surveiller votre cheval surtout en cas de perte d’appétit ou de fièvre. Le mieux est de consulter votre vétérinaire car il peut y avoir une infection.

Une dyspnée marquée du cheval peut découler sur de l’emphysème ou crise de pousse.

3. Le pré-diagnostic avant d’appeler le vétérinaire

Pour gagner du temps, il est judicieux de préparer un pré-diagnostic pour aider votre vétérinaire, qui vous posera certainement ces questions :

- Depuis quand votre cheval tousse ?
- Tousse-t-il quand il est au repos ou quand il travaille ?
- Où le cheval est-il hébergé : pré ou box ?
- Quel est son type de nourriture : foin, granulés, orge aplatie….. Le foin est-il poussiéreux ?
- A quelle période votre cheval tousse : quand le temps est sec ou quand il est humide ?
- Sa toux est-elle grasse ou sèche ?
- La toux est-elle accompagnée d’un jetage nasal ?
- Est-ce que votre cheval a de la fière ou une perte d’appétit ou les deux ?
- Votre cheval a-t-il des ganglions ?
- D’autres chevaux du club sont-ils sujets à la toux actuellement ?

4. Votre cheval a une toux chronique

Ponctuellement, votre cheval peut tousser pour expulser une mucosité ou une poussière qui le dérange, cela n’a rien d’alarmant et c’est une réaction naturelle. En revanche, un cheval qui tousse perpétuellement peut avoir une affection des voies respiratoires. Il est souvent sujet à des violentes quintes de toux.

De ce fait, ses muscles respiratoires sont beaucoup sollicités, sa cage thoracique se trouve bloquée. Votre cheval a du mal à inspirer et à expirer. Il peut même ressentir des douleurs. Il est épuisé.

Il en est de même pour un cheval qui commence à tousser quand il démarre le travail.

Une toux chronique est souvent liée à une allergie.

5. L’allergie chez le cheval

► Veiller à l'hygiène de vie

Comme écrit plus haut, le cheval est sensible aux poussières, surtout celles qui sont logées dans le foin ou dans la paille. Il peut être aussi allergique à certains pollens.

Un cheval allergique se sentira beaucoup mieux au pré que dans un box où l’atmosphère est confinée. Il devra donc avoir une bonne hygiène de vie.


► Symptômes

Un cheval allergique est un cheval qui va tousser fréquemment et qui va être vite essoufflé. Sa respiration devient sifflante, ses muscles se contractent (dyspnée) et ses naseaux se dilatent.


► Mouiller le foin

En cas d’allergie à un foin poussiéreux, il est indispensable de bien mouiller voire lui tremper le foin avant de lui donner. Une autre alimentation poussiéreuse comme de l’orge aplatie par exemple, doit aussi être mouillée.


► Traitement par les plantes

Vous pouvez aider votre cheval en le soignant par les plantes. Certaines d’entre-elles sont très efficaces en cas d’allergie comme la nigelle, l’eucalyptus, l’ail et le citron, qui ont des propriétés antioxydante, anti-inflammatoire, antispasmodique, antiseptique. Vous les trouverez en conditionnement sur des sites spécialisés.

6. L’emphysème ou crise de pousse

L’emphysème ne se guérit pas lorsqu’elle est installée. Toutefois, on peut soulager le cheval avec divers traitements à base de plantes ou non.


► Causes et symptômes

L’emphysème ou crise de pousse n’est pas une maladie. Ce sont les alvéoles pulmonaires qui sont détruites et c’est irréversible !

Les voies respiratoires vont donc s’encrasser à cause des petites particules inhalées par le cheval. Les muqueuses et les parois des bronchioles s’enflamment. L’air ne peut plus pénétrer. Le cheval tousse.

Comme pour l’allergie, il a beaucoup de mal à respirer, il est en dyspnée, sa toux est sèche, ses naseaux sont dilatés. On dit qu’il est poussif.


► Traitement

On peut le traiter avec les plantes, avec du Ventipulmin (exclusivement sur ordonnance). En cas de forte crise, on peut faire une petite cure de diurizone. Certains cavaliers utilisent aussi des inhalateurs pour soulager le cheval en cas de crise.


► Une crise potentiellement mortelle

Le cheval ne meurt pas d'une crise d'emphysème, mais si celle-ci est trop forte et non soignée, votre cheval peut mourir car c'est son cœur qui va lâcher. Cela est dû aux nombreux efforts que devra fournir le cœur lors de la crise. Le cheval est épuisé.

7. La bronchite vermineuse

Ce sont les vers type strongles pulmonaires qui provoquent la bronchite vermineuse. On peut apercevoir des larves de vers dans les crottins.

Il est donc indispensable de bien vermifuger son cheval surtout si celui-ci vit continuellement au pré avec d’autres chevaux.

8. La gourme

C’est la bactérie streptococcus equi qui est à l’origine de la gourme. Elle est très contagieuse. Le cheval devra être isolé des autres chevaux.

Le cheval a du mal à déglutir, il tend le cou et il tousse. De ce fait, il ne se nourrit plus. Il a de la fièvre. On peut apercevoir un fort écoulement nasal.

La seule solution est de contacter le vétérinaire pour éviter des complications beaucoup plus graves comme des affections hépatiques ou rénales.

Un cheval qui a eu la gourme est immunisé.

Commentaires

Soyez le premier à commenter ! 

Sur le même thème

Gadounette

Comment sont transportés les animaux

Beaucoup d’animaux (chevaux, cochons, vaches, moutons….) destinés ou non à l’abattoir souffrent des mauvaises conditions de transport. Cette situation est propice à la propagation de maladies.

Gadounette

Tout savoir sur la poule orpington

La poule orpington est idéale pour ceux qui démarrent un élevage de poules car elle est polyvalente : c’est une bonne pondeuse, une bonne couveuse, une bonne mère et sa chair est très goûteuse.

Gadounette

Comment lutter contre le stress de ses poules

Pour avoir de bons œufs et rester en bonne santé, vos poules ne doivent pas être stressées. Les sources de stress peuvent être multiples et nuisent au bien-être de la poule. Qui dit poules stressées dit moins de production d’œufs, poules agressi

Chercher un article sur Comment fait-on