Comment comprendre les règles du classicisme dans Phèdre de Racine ?

Comment comprendre les règles du classicisme dans Phèdre de Racine ?

Le moteur des tragédies raciniennes est la fatalité. Phèdre est coupable de son amour pour son beau-fils Hyppolite et coupable de sa vengeance par rapport à sa rivale Aricie. Mais elle n’est aussi que la victime de représailles divines : elle hérite de la malédiction de ses parents et du sentiment de justice qui va la rendre malheureuse. Mais comment comprendre les règles du classicisme dans cette œuvre ?

Quelles sont les fournitures nécessaires ?

  • Phèdre de Racine

Étapes de réalisation

1.

Cette tragédie respecte la règle des 3 unités :
1 / L’unité d’action se concentre autour de l’amour et de la vengeance de Phèdre.
2 / L’unité de lieu fait que l’action se déroule à Trézène, dans une antichambre.
3 / L’unité de temps est respectée car l’action se déroule en une journée.

2.

La règle de bienséance
Phèdre n’avoue son amour à Hyppolite qu’après y avoir été poussée par Œnone, sa nourrice et confidente. Elle ne le fait pas d’elle-même.
Au dernier acte on raconte les morts sous la forme d’un récit, on ne voit pas : Hyppolite est mort trainé sur les rochers par son attelage et Œnone s’est noyée.

3.

La fatalité qui pèse sur le personnage de Phèdre
Phèdre est marquée par la fatalité car elle est la fille de Minos et Pasiphaé. Pasiphaé jalouse des infidélités de son mari, lui jette un sort le condamnant à éjaculer des bêtes venimeuses s'il couche avec d'autres femmes.On retrouve l’idée de prédestination du Jansénisme.
Malgré cette prédestination, cela n’empêche pas le sens de la faute. Phèdre a conscience de son erreur (Acte IV scène 6). Elle vient de s’empoisonner pour ne plus être vue coupable dans ce monde.

4.

Les personnages
Ils sont tirés de l’Antiquité (Sénèque) et sont connus du public lettré. Mais Racine les place dans un repère géographique et temporel éloigné pour rendre la faute encore plus terrible.
Le respect pour les Héros augmente au fur et à mesure qu’ils s’éloignent de notre propre époque.

5.

La catharsis
Il ne faut peindre les passions que pour montrer les désordres dont elles sont la cause. Ici Phèdre est coupable de son amour impossible et de sa vengeance. On la voit sur scène avouer tous ses crimes à Thésée. Elle le fait après avoir absorbée du poison.

Commentaires

ml | 28/02/2012  

"Hippolyte" --'

Chercher un article sur Comment fait-on