Comment s'occuper sur un voilier hauturier ?

 

par mamytine74 |

     
Comment s'occuper sur un voilier hauturier ?

Quand on navigue sur un voilier, il y a d'une part les manœuvres pour tailler la route : virer de bord, régler les voiles, etc..., et les occupations, diverses et variées, qui meublent les temps morts. Pendant les longues traversées, où l'on se fait aider par le pilote automatique, ou encore au mouillage, si on ne peut aller se promener à terre, les heures sont parfois longues. A l'usage des néophytes qui se posent des questions sur le quotidien des marins, voici un inventaire des activités ordinaires pendant ces temps morts.

Quelles sont les fournitures nécessaires ?

  • Bon sens et imagination

Étapes de réalisation

1.

Faire la cuisine. Bien manger est important pour le moral des équipiers. Pas pendant les coups de tabac, où le cœur est au bord des lèvres et où tout chavire dans le carré, mais après, pour réconforter. On se mitonne de bons ragoûts, des plats à base de poisson et de riz que ne renierait pas un grand restaurant, et même du pain et des gâteaux.

2.

Surveiller. On a beau avoir confiance en son pilote automatique, l'œil est toujours vigilant. On surveille les cargos la nuit, qui ne feraient qu'une bouchée de notre pauvre coquille de noix. On surveille le cap, le sondeur si on se rapproche de la côte, l'anémomètre, les voiles, la météo, le GPS, les équipiers qui se déplacent, les enfants..., Même pendant les quarts, le repos absolu n'existe pas car on s'attend toujours à être appelé par son équipier.

3.

Bricoler. Il y a toujours quelque chose à bricoler sur un voilier : on graisse, on resserre, on fait de la plomberie, de l'électronique, de la menuiserie, des nœuds... Un bon capitaine ne laisse jamais les petits travaux s'accumuler, il répare au fur et à mesure.

4.

Ranger. Un voilier est un espace réduit où l'ordre est indispensable. Tout doit avoir une place, et y rester. Pour éviter que les objets se baladent quand il y a du roulis, il faut que toutes les portes des "équipets" soient fermées, que les affaires ne traînent pas. On les coince dans des filets, on met des élastiques. Chacun a ses astuces pour bloquer chaque chose.

5.

Lire. C'est l'une des activités les plus importantes, au mouillage, ou quand tout se passe bien pendant la navigation. On s'étend sur la banquette du carré ou dans la cabine, on s'assoit dans le cockpit ou à l'avant du bateau, avec un bon coussin, et on se laisse emporter par les aventures des grands aînés de la course en mer...

6.

Observer. La contemplation est l'un des moments magiques de la vie en mer : le coucher de soleil, les crêtes d'écume sur les vagues, la course des dauphins devant l'étrave, les beaux voiliers à l'horizon, la côte dentelée. On ne se lasse jamais d'admirer.

7.

Écouter la radio. On garde un contact avec le monde en mettant la VHF en marche. On se met au courant des travaux en mer, des problèmes rencontrés par d'autres marins, on vole des bribes de conversation. Ou on écoute de la musique ou des infos sur les grandes ondes, quand ça passe.

8.

Laver. C'est l'une des activités du mouillage. On se rince à l'eau douce, en économisant au maximum la précieuse denrée, on donne un coup sur le pont, on dessale maillots et serviettes, on lave la vaisselle à l'eau de mer, on entretient les toilettes, l'évier, le sol. Presque comme à la maison !

9.

Se tremper. Quand on le peut, on se baigne, on admire les fonds sous-marins avec masque et tuba, ou plus prosaïque, on va régler un problème sous la coque, par exemple un filet coincé dans l'hélice. On se laisse parfois traîner derrière le bateau en s'accrochant avec un bout.

10.

Pêcher. A la "palangrote" quand on est au mouillage, au lancer, à la traîne quand on navigue à faible vitesse, au fusil sous-marin quand c'est permis. Quelle joie de remonter un poisson, ne serait-ce qu'une girelle que l'on s'empresse de prendre en photo !

11.

Jouer. Comme il n'y a ni télé, ni sorties au ciné, on retrouve les occupations d'antan, qui rassemblaient les familles : les jeux de cartes : belote, tarots, rami ; les jeux de société : scrabble, échecs, boggle... Les jeux individuels : mots croisés, sudoku. Si des enfants participent à la croisière, la rubrique "jeux"ne doit pas être négligée.

12.

Faire l'itinéraire.On sait en gros où l'on va, mais comme on dépend de la météo, il vaut mieux définir les escales au jour le jour. Tous les soirs on compulse le pilote côtier (un bouquin qui recense les mouillages, les ports, les fonds, etc), on regarde les cartes, et on choisit pour le lendemain la crique la plus appropriée, ou le port le plus sympa. Mais parfois on n'a pas le choix. On se rabat sur le mouillage que la prudence réclame.

Astuces et mises en garde

Mise(s) en garde :

Il y a sûrement des occupations qui ont été oubliées. Ce qu'il faut retenir : si on aime la mer, on ne s'ennuie jamais en voilier.

Sur le même thème

nadiaturquet

Comment fait-on pour choisir des chaussures de ski?

Les skieurs sous-estiment souvent l’importance des chaussures, surtout les débutants. Pourtant, il s’agit d’un détail capital dans la mesure où ces équipements représentent l’interface entre les pieds et les skis. Le choix d'une paire de chau

guillaume7

Check list pour partir au ski

Partir au ski, c'est super. Mais se rendre compte une fois sur place qu'on a oublié la moitié du matériel nécessaire, c'est l'horreur. Afin d'éviter de transformer ce séjour en voyage sur une montagne... de stress, voici une check list ski qui vous

garavan

Comment virer de bord face au vent avec un voilier?

Le virement de bord vent debout sur un voilier est une manoeuvre courante qui parait simple mais qui peut, si elle est mal exécutée, se traduire par un bateau planté face au vent et, dans certaines conditions de vent et de mer peut, s'avérer dangereus

Chercher un article sur Comment fait-on