Comment se comporter avec un enfant tyran ?

 

par kti |

     
Comment se comporter avec un enfant tyran ?

Ce n’est pas pour rien si « Super Nanny » ou « Le grand-frère » sont des émissions à succès. Les attitudes inadmissibles de certains bambins et ados ne sont pas si rares que ça. Comment faire pour rétablir le calme et le respect entre parents et enfants ? Car, dans certains cas, l’enfant tyran, nom donné par plusieurs psychologues, existe bel et bien. Crises de colère, gros mots, insultes, caprices sont le lot quotidien de certains parents qui n’en peuvent plus de leur progéniture. On parle alors d’ « enfant tyran » ou d’ « enfant roi ».

Étapes de réalisation

1.

La famille et les amis ne les invitent plus et ils sont de plus en plus démunis face à leur enfant, malgré tout l’amour qu’ils leur portent. A l’intérieur du foyer ou à l’extérieur, l’enfant est exécrable et les réactions sont souvent virulentes à propos des parents qui « ne savent pas élever leur enfant ». Le 1er conseil est alors de ne pas culpabiliser et de se faire aider, non par la famille, mais par des professionnels compétents. Un psychologue dont les consultations sont gratuites via la mairie ou le département, leur expliquera sans doute que leur enfant est angoissé et que le seul moyen qu’il ait de s’exprimer, est de martyriser son entourage proche.

2.

C’est dès 18 mois environ qu’il faut poser des limites et des interdits, l’enfant se mesurant alors face à ses parents en s’opposant pour s’affirmer lui-même. C’est l’étape du « non » chez l’enfant. Si le cap de cet âge est dépassé, l’enfant tyran va continuer jusqu’à épuiser ses parents, certains aménageant leur vie propre en fonction des désirs de l’enfant. Si l’agressivité est une étape normale, il faut s’inquiéter si elle persiste après 5 ans. L’enfant manque alors de repères d’autorité. D’autres enfants vont manifester leur angoisse d’entrer dans le monde des grands par des « maladies » à répétition pour attirer l’attention sur lui.

3.

Dans un premier temps, le psychologue va aider les parents à cerner les causes de ce comportement d’enfant tyran (divorce, jalousie envers un frère ou une sœur, dépression d’un des parents ? Les causes sont multiples). Les statistiques démontrent aussi que l’enfant tyrannique est le plus souvent un garçon qui vit seule avec sa mère. Il va alors plus tard, adopter des comportements à risque pour garder son attention et la garder pour lui tout seul. D’autres enfants tyrans ont des parents trop protecteurs et qui devancent ses désirs, les laissant évacuer ainsi des impulsions non sociables. D’autres encore expriment leur angoisse avec un comportement agressif face à ce qu’ils considèrent comme de l’indifférence.

4.

Se moquer des réflexions extérieures, poser des limites, cela s’apprend grâce à des assistantes sociales, des psychologues, pédiatres, psychiatres et comportementalistes. Ne pas se sentir « mauvais parent » est essentiel avant de poser peu à peu des règles simples d’interdits. Personne n’a jamais établi un permis d’être parent, ni même une sorte de code de la route appliqué à la parentalité. Il s’agit juste ici d’amour, d’écoute, et non pas de suppression d’allocations familiales…

Commentaires

syma8621 | 12/08/2012  

Mais mon enfant me dit non catégoriquement le week-end - quand son père est au travail- alors qu'elle(c'est une fille de 8 ans) reste sage et docile avec son père ! Avant, quand elle avait trois ans, elle n'avait pas ce comportement là. Je pense que c'est la faute de l'influence extérieure, que faire ?

Chercher un article sur Comment fait-on