Comment faire un dépistage anti-drogue ?

Des tests de dépistage ont été mis au point pour éviter certaines situations où la consommation de produits licites ou illicites est inadaptée ou dangereuse, malgré les lois et les règlements. Voici ce qu'il faut savoir de ces circonstances.

Étapes de réalisation

1.

On peut détecter dans l’organisme la plupart des drogues : alcool, héroïne et autres opiacés, cannabis, cocaïne, ecstasy et autres amphétamines, mais certaines sont plus difficiles à dépister à cause du délai pendant lequel on peut le faire, qui peut être très bref : c’est le cas, par exemple, du LSD dont les traces disparaissent en quelques heures.

2.

Tout conducteur peut être soumis à un test, par la police ou la gendarmerie, pour vérifier qu’il est en état de conduire. Les sportifs peuvent également être dépistés, par leur fédération ou par le ministère des sports, afin de vérifier qu’ils respectent les règlements en vigueur. Un juge d’instruction peut également ordonner le dépistage de personnes impliquées dans des infractions, auteurs présumés ou victimes. Enfin, un dépistage peut être prescrit par un médecin dans l’intérêt des personnes concernées : les personnes droguées à leur insu et victimes de vol ou d’agression sexuelle peuvent être prises en charge pour ce faire dans les services d’urgence.

3.

Les personnes sous traitement médical avec des médicaments contenant des dérivés opiacés (morphine, codéine) seront positives à un test de dépistage. Si une personne doit subir un dépistage de drogues elle doit signaler au médecin les éventuels traitements qui lui sont prescrits.

4.

Les méthodes de dépistage utilisant l’urine, le sang et l’air expiré offrent toutes des résultats fiables. Celles qui portent sur la salive, la sueur ou les cheveux restent aujourd’hui trop peu fiables pour être utilisées.

5.

La loi interdit de procéder à un examen médical à l’insu des personnes, elle interdit également de dépister un mineur à l’insu de ses parents : un test de dépistage ne peut donc être pratiqué à votre insu.

6.

On peut se procurer des tests de dépistage dans le commerce à la condition, pour les drogues illicites, de bénéficier d’une prescription médicale mais, concernant l’alcool, les tests sont en vente libre.

7.

Il est possible pour des parents de demander à un médecin de prescrire et de procéder à un dépistage de drogues lorsque les enfants sont mineurs ; lorsqu’ils sont majeurs, leur consentement est nécessaire. Cependant, le dépistage n'est pas conseillé dans le cadre de la relation éducative : il ne remplace en aucun cas le dialogue et l'écoute.

Astuces et mises en garde

Astuce(s) :

Un site pour obtenir des compléments d'information : www.drogues.gouv.fr

Mise(s) en garde :

Le dépistage ne doit pas devenir une technique de contrôle et il ne peut se substituer au dialogue, à l’éducation, à la prévention, à la relation.

En aucun cas un test de dépistage ne peut faire la preuve qu’une personne est dépendante à une drogue il peut juste indiquer que cette personne est sous son effet à un moment donné.

Chercher un article sur Comment fait-on