Comment différencier des films de série A, B et Z ?

 

par alphamax |

     
Comment différencier des films de série A, B et Z ?

Les termes de cinéma "B" et "Z" sont d'origine française. Les américains, quant à eux, distinguent encore le cinéma "A" de ces deux termes. Cette classification s'est faite connaître après la crise économique de 1929 qui toucha également le système cinématographique. Le mode de production des œuvres fut donc révisé et, le cinéma parlant apparaissant de concert, on repensa aussi le système de distribution et de projection.

Quelles sont les fournitures nécessaires ?

  • DVD Plan 9 from Outer Space (E. Wood)
  • DVD Ed Wood (T. Burton)
  • DVD L'Homme qui rétrécit (J. Arnold)
  • DVD Pulp Fiction (Q. Tarantino)
  • DVD A bout de souffle (J.L. Godard)
  • DVD So Dark The Night (J.H. Lewis)

Étapes de réalisation

1.

Un film de série A est une production classique du système cinématographique. Il concerne les œuvres au budget confortable et avec une bonne distribution en salles.

2.

Un film de série B est un film à petit budget, tourné et écrit en vitesse. Il apparut dans les années 30 aux États-Unis afin d'augmenter la production et les bénéfices du système cinématographique. Le cinéma B est principalement constitué de films de genre permettant la réutilisation des décors et des costumes mais également la facilité de mise en scène par une chaîne de production de films formatés.

3.

Certains films B se sont révélés être d'innovants terrains d'expérimentation et ont mis à jour de nouveaux talentueux auteurs et acteurs, leur permettant d'entreprendre et d'accéder à de plus de importantes productions.

4.

Les films de série B sont souvent courts (50 à 70 minutes) car, à leur origine, ils répondaient au "double programme" (programme de projection de deux films pour le prix d'un seul billet) et accompagnaient donc un long autre long métrage.

5.

Le film de série Z est considéré comme la forme la plus basse de la création cinématographique. La production encore moins importante que pour le film B, le cinéma Z porte la piètre enseigne de l'amateurisme. Les multiples erreurs techniques (perche dans le cadre, montage bâclé...) dénotent la naïveté d'exécution de ce cinéma "bâtard" souvent réalisé par des inconnus et produit par des indépendants.

6.

Il n'est pas compliqué de constater les ingrédients qui font la bonne recette du cinéma Z : le sexe, la violence, le grotesque... Privilégiant l'usage du genre fantastique, de la science-fiction et du gore (concentrant parfois le tout en un seul film).

Astuces et mises en garde

Astuce(s) :

De nombreux cinéastes contemporains (Tarantino, Godard...) se sont inspirés des séries B ou Z pour et dans leur cinéma.

Mise(s) en garde :

Cette classification ne fait en rien la qualité des métrages réalisés. Comme nous avons pu le voir, un film B ou Z peut-être bien plus ambitieux qu'un film de série A. On a souvent vu des cinéastes user de la restriction budgétaire et de l'économie de temps en faveur d'innovations techniques et dramaturgiques étonnantes.

Ne pas confondre "cinéma Z" et "cinéma underground" (qui tente, avec très peu de moyens, de créer une véritable œuvre artistique). Cependant, on peut penser que cinéma Z a fortement contribué à l'émergence de "l'underground" et du cinéma indépendant.

Sur le même thème

murdarco

Comment réaliser un court-métrage ?

Vous êtes un réalisateur en herbe qui souhaite, un jour ou l’autre, faire des films diffusés dans toutes les salles de France, voir du Monde. Pour convaincre un producteur de ce talent potentiel il vous faudra passer, obligatoirement, par le court m

alphamax

Comment fabriquer un clap de cinéma ?

Le clap est un accessoire indispensable sur un plateau de cinéma permettant de délimiter le début et la fin d'une séquence. Le bruit que le clap produit lorsque les deux parties s'entrechoquent sera enregistré par les micros et la caméra filmera ce

Chercher un article sur Comment fait-on

Derniers articles Cinéma & télévision