Comment tourner des films à la manière de la Nouvelle vague ?

Comment tourner des films à la manière de la Nouvelle vague ?

Lorsqu'on dresse le panorama des films de La Nouvelle Vague, on remarque une esthétique du film commune à ses réalisateurs.
L'esthétique particulière de la Nouvelle Vague découle d'une nouvelle façon de produire un film. C'est un ensemble de choix créatifs et pratiques qui, consciemment ou non, se dirigent vers l'économie dans tous les sens du terme : économie financière, économie en temps.
Les films de la Nouvelle Vague, à travers leur mode de tournage, ne requièrent donc que de petits budgets.

Étapes de réalisation

1.

Le décor naturel est privilégié pour le tournage, les réalisateurs se refusant aux décors reconstitués de studio. Ce choix coûte moins cher mais demande des autorisations importantes. De ce mode de tournage découle une esthétique : celle du reportage. La ville est traitée comme un personnage à part entière et on ressent la réalité de l'objet filmé. Il n'est pas rare que des plans de films "Nouvelle Vague" soit des plans "volés", soit tournés en caméra discrète en pleine rue ou au milieu de la foule.

2.

Les tournages sont rapides, dépassant rarement les deux mois. Pour A bout de souffle de Jean-Luc Godard, moins d'un mois a suffi, le tournage ayant eu lieu du 17 août au 15 septembre 1959.
Le tournage est plus rapide car les réalisateurs refusent les mouvements de caméra fluides et calculés. Ils "inventent" ainsi la caméra à l'épaule, devenue aujourd'hui chose commune.

3.

Les acteurs sont souvent amateurs : ou alors de nouveaux professionnels, pour s'offrir une direction d'acteur plus libre, et offrir aux films une dimension de "vérité", à travers des acteurs hésitants, que l'on n'a jamais ou très peu vus. Bien sûr, tourner avec des amateurs coûte moins cher en terme de cachet.

4.

L'équipe de tournage et de production est légère : seulement quelques personnes, soit le strict nécessaire avec une seule personne pour chaque fonction, et souvent pour plusieurs fonctions.

5.

Il y a très peu d'éclairage pour permettre la liberté de mouvement et d'improvisation. Ainsi, le tournage ne demande pas beaucoup de matériel, seulement une pellicule très sensible.

6.

La prise de son est directe : il n'y a donc pas de postsynchronisation. Cette façon a été permise par la qualité (d'époque) des nouveau micros. Elle donne un aspect plus réaliste et spontané à l'œuvre.

Sur le même thème

murdarco

Comment réaliser un court-métrage ?

Vous êtes un réalisateur en herbe qui souhaite, un jour ou l’autre, faire des films diffusés dans toutes les salles de France, voir du Monde. Pour convaincre un producteur de ce talent potentiel il vous faudra passer, obligatoirement, par le court m

alphamax

Comment fabriquer un clap de cinéma ?

Le clap est un accessoire indispensable sur un plateau de cinéma permettant de délimiter le début et la fin d'une séquence. Le bruit que le clap produit lorsque les deux parties s'entrechoquent sera enregistré par les micros et la caméra filmera ce

Chercher un article sur Comment fait-on

Derniers articles Cinéma & télévision